Centenaire, la marque d'outillage Facom met le cap sur le numérique

Chargement en cours
Des outils de la marque française Facom en vente dans un magasin, le 19 juin 2018 à Paris
Des outils de la marque française Facom en vente dans un magasin, le 19 juin 2018 à Paris
1/3
© AFP, ERIC PIERMONT

AFP, publié le mercredi 20 juin 2018 à 12h18

La marque française d'outillage haut de gamme Facom, qui fête cette année son centenaire, accélère son développement dans le numérique, avec la mise en réseau de ses utilisateurs et un nouveau catalogue en ligne pour gagner des parts de marché en France.

Parallèlement, la marque, qui fait partie depuis 2006 du numéro un mondial de l'outillage, l'américain Stanley Black & Decker, veut conquérir de nouveaux marchés, notamment en Amérique latine et en Asie, dans les secteurs automobile et aéronautique.

"L'objectif en France, c'est de continuer à prendre des parts de marché, mais dans un rythme raisonnable", explique à l'AFP son président Yves Antier.

Dans ce contexte, la marque maintient en Europe la fabrication de plus des deux tiers de ses outils (clés, pinces, tournevis, scies, mobilier d'atelier). Facom entend rester installée sur des produits qui ont fait son image et que les utilisateurs sont prêts à payer un prix plus élevé, mais avec une "garantie totale": réparation ou remplacement en cas de casse.

"Se battre sur des produits bas de gamme, ça ne nous intéresse pas. Ce n'est pas le positionnement" de Facom, résume M. Antier, également directeur général de Stanley Black & Decker France.

- Catalogue numérique - 

La France représente le premier marché de Facom, avec des ventes annuelles d'environ 160 millions d'euros, soit les trois quarts de l'activité de Facom dans le monde. Stanley Black & Decker réalise au total des ventes mondiales annuelles de 13 milliards de dollars.

Dans la catégorie des outillages à main, Facom revendique le titre de numéro un européen des fabricants et celui de numéro trois mondial. 

Pour dynamiser ses ventes, Facom va miser sur un nouveau support, le catalogue numérique, dont le principal atout sera une actualisation permanente des nouveaux produits.

En effet, le traditionnel gros catalogue papier, emblématique de la marque avec ses 1.250 pages et 9.000 références, était renouvelé environ tous les quatre ans.

"La problématique, c'est qu'au bout de six mois, un an, le catalogue n'est plus à jour", constate Yves Antier. "On sentait que c'était un frein à notre activité commerciale, en particulier quand on arrivait à la 3e et 4e année du catalogue, ça commençait à devenir compliqué".

La version imprimée sera maintenue, mais est complétée cette année par le catalogue numérique, disponible sur le site du groupe, puis en septembre sur une application pour smartphone. En outre, la version 2018 du catalogue papier a été dotée de "QR codes" renvoyant à un contenu en ligne régulièrement mis à jour.

Autre nouveauté dans l'univers numérique, la création d'un réseau des utilisateurs ou passionnés de la marque, baptisé "Facommunauté". L'objectif est d'atteindre 250.000 utilisateurs en un an.

"La Facommunauté, ce n'est pas un moyen de vendre", expliqué à l'AFP le directeur de la marque Facom, Pascal Couralet. Facom vend en effet à travers un réseau de distributeurs et non directement au consommateur final. 

Pas question donc "de remplacer la distribution, mais en revanche de guider l'utilisateur jusqu'au distributeur", explique M. Couralet. Une équipe dédiée au numérique est en cours de mise en place.

- le retour de la "clé 101" - 

Au-delà de sa position historique en France, "il y a des opportunités sur le plan mondial, en Europe, puis en Amérique latine et en Asie" où la marque est vendue dans le réseau Stanley Black & Decker, affirme Yves Antier.

Celui-ci vise deux secteurs en particulier, l'automobile et l'équipement des garages, terrain traditionnel de Facom, mais aussi l'aéronautique où la marque est notamment présente en France.

Pour prendre position sur les marchés émergents, Facom a choisi de créer une deuxième ligne de produits, "Expert par Facom", dans le milieu de gamme, pour en faire connaître le nom et inciter les utilisateurs à ensuite "monter en grade" vers les produits Facom. 

Dans l'immédiat, Facom veut continuer à capitaliser sur son passé avec des événements autour du centenaire. 

Créée en 1918 par l'ingénieur Louis Mosès, la société Franco-américaine de construction d'outillage mécanique (devenue Facom) a débuté avec un premier outil, une clé à molette baptisée "clé 101" qui a été pendant un an sa seule production, vendue notamment aux compagnies ferroviaires de l'époque.

L'historique "clé 101" va être à nouveau produite cet automne, mais dans une version modernisée. Facom va aussi proposer des outils en série limitée, marqués du logo des 100 ans.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU