Champagne: un millier d'hectares entièrement détruits par la grêle

Champagne: un millier d'hectares entièrement détruits par la grêle
Les orages de grêle successifs en avril et mai ont endommagé 1.800 hectares dans le vignoble champenois, dont un millier ont été entièrement détruits à cause de ces phénomènes "précoces" et "violents"

AFP, publié le mercredi 30 mai 2018 à 10h45

Les orages de grêle successifs en avril et mai ont endommagé 1.800 hectares dans le vignoble champenois, dont un millier ont été entièrement détruits à cause de ces phénomènes "précoces" et "violents", a annoncé mercredi le Comité Champagne.

"A ce jour 1.800 hectares ont été touchés dont 1.000 détruits à 100%, soit 3% du vignoble total", a déclaré dans un communiqué le Comité Champagne, l'organe de l'interprofession champenoise.

L'appellation a connu quatre épisodes orageux accompagnés de grêle les 29 avril, 12, 22 et 27 mai.

Les secteurs les plus endommagés se situent autour de Vitry-en-Perthois, dans la vallée de la Marne et surtout dans la Côte des Bar qui comptabilisait 700 hectares sur lesquels les bourgeons ont été anéantis, a-t-il indiqué.

Trois des cinq départements de l'AOC - Marne, Aube, Haute-Marne - ont été placés en vigilance orange pour orages violents jusqu'à jeudi, selon Météo France.

"Des destructions du vignoble par la grêle, ce n'est pas rare: ce qui est inhabituel, ce sont la précocité et la violence des orages connus jusqu'ici", a déclaré à l'AFP le Comité Champagne, qui rappelle que la vigne, actuellement en fleur, est sensible à ces phénomènes météorologiques.

Selon cette source, ces épisodes "exceptionnels" n'auront toutefois pas de réel impact sur les futurs volumes de bouteilles commercialisées car la Champagne peut compter sur sa réserve, un système de stockage du vin unique dans le vignoble français qui permet de maintenir le niveau de production du champagne malgré les aléas climatiques.

La réserve "jouera à nouveau son rôle pour pallier les pertes de récolte même si quelques situations individuelles pourraient être difficiles, notamment dans le vignoble de la Côte des Bar, déjà fortement impacté par les gelées en 2016 et 2017", a précisé l'organisme champenois.

Par ailleurs, quelque 7.100 hectares de vignes dans le Bordelais et plus de 10.000 ha dans le bassin Charente-Cognac ont été endommagés samedi par les violents orages de grêle, ont indiqué lundi les interprofessions, précisant qu'environ 3.500 hectares avaient été touchés à plus de 80% dans chacun de ces deux vignobles.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.