Chine : moisson de contrats en perspective à l'occasion de la tournée d'Emmanuel Macron

Chine : moisson de contrats en perspective à l'occasion de la tournée d'Emmanuel Macron©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 09 janvier 2018 à 06h01

Le président français Emmanuel Macron est en Chine depuis lundi, où pendant trois jours de visite d'Etat, il va tenter de nouer une relation de confiance avec la deuxième économie mondiale et convaincre le président Xi Jinping d'ouvrir davantage son marché aux investisseurs français et européens.

Lundi, lors de sa première étape à Xian, point de départ de l'ancienne route de la Soie, Emmanuel Macron a déjà promis de revenir "au moins une fois par an" en Chine. Il a plaidé pour une alliance entre la France et la Chine pour "l'avenir du monde" et pour que l'Europe coopère au colossal projet chinois de "Nouvelles routes de la Soie" voulu par le président Xi Jinping.

Une route de la Soie respectueuse des principes du G20

Ce projet colossal dévoilé en 2013, consiste à renforcer les échanges entre l'Asie, l'Afrique et l'Europe via la construction d'infrastructures (routes, ports, voies ferrées...) dans 65 pays pour plus de 1.000 milliards de dollars. "Cette initiative est très importante. Je suis convaincu qu'elle peut jouer un rôle majeur dans la structuration de l'espace eurasiatique et qu'elle représente une réelle opportunité" pour l'Europe, a estimé Emmanuel Macron dans une interview au site 'China.org'.

M. Macron a toutefois appelé la Chine à respecter dans les pays concernés par ces "Nouvelles routes de la Soie" les principes posés par le G20 en matière d'accès aux marchés publics, et de respect de la propriété intellectuelle.

Le chef d'Etat a également proposé à la Chine de "relancer la bataille climatique" et de "préparer un rehaussement de nos engagements" contre le réchauffement climatique lors de la prochaine COP 24, qui doit se tenir en Pologne à la fin de l'année.

Des contrats attendus pour Airbus, Areva et Orpea...

Lundi soir, une rencontre et un dîner à quatre étaient au programme pour Emmanuel et Brigitte Macron, le président chinois Xi Jinping et son épouse. La journée de mardi devrait être l'occasion d'annoncer depuis Pékin la signature de plusieurs dizaines d'accords commerciaux et de coopération dans de nombreux domaines.

Airbus notamment pourrait décrocher une commande d'une centaine d'avions et annoncer une hausse de sa production en Chine, où le groupe européen assemble des monocouloirs A320. Un accord industriel évoqué par le 'Financial Times' pour le très gros porteur A380 pourrait en revanche prendre plus de temps à négocier. Areva  pourrait signer un accord en vue de la construction d'une usine de retraitement des déchets radioactifs en Chine, tandis que le groupe Orpea devrait signer un contrat de construction de maisons de retraite en Chine...

Des déséquilibres commerciaux en faveur de la Chine

Mais au-delà de ces contrats, Emmanuel Macron tentera surtout d'obtenir un plus large accès au marché chinois pour les produits français d'une part, et les investissements européens d'autre part. Les investissements étrangers en Chine sont aujourd'hui limités à un nombre restreint de secteurs d'activité et à des participations minoritaires dans des coentreprises.

Alors que les entreprises chinoises investissent de plus en plus en Europe, et notamment dans des secteurs stratégiques (acquisition du port du Pirée, en Grèce, ou de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, en France), Bruxelles demande en retour une ouverture plus grande pour les investisseurs européens.

Demander les mêmes règles de part et d'autre

"Il y a pour la France la volonté d'un rééquilibrage de notre balance commerciale et une demande de réciprocité en matière d'accès au marché avec des règles plus équitables, a expliqué l'Elysée aux journalistes en amont du voyage présidentiel. Il faut des règles qui soient les mêmes de part et d'autre, ou en tout cas qui donnent les mêmes possibilités."

Le déficit commercial de la France avec la Chine s'est élevé à 30 milliards d'euros en 2016, alors qu'avec l'Allemagne, ce déficit n'est "que" de 10 milliards d'euros. En outre, les exportations de l'Allemagne vers la Chine sont trois fois plus importantes que les exportations françaises. L'Elysée voit de nombreuses opportunités pour la France de réduire cet écart dans les années à venir, en particulier dans le domaine de l'agro-alimentaire.

Les droits de l'homme évoqués "en privé"

Par ailleurs, la question des droits de l'homme sera abordée en privé pendant cette visite, a assuré l'Elysée. Dans un communiqué, l'association Human Rights Watch a demandé à M. Macron de réclamer "publiquement" à Xi Jinping des améliorations sur ce front, en particulier pour Liu Xia, la veuve du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, de facto assignée à résidence sans avoir jamais été poursuivie officiellement...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.