Chômage partiel : l'indemnisation reste inchangée jusqu'à fin mars

Chômage partiel : l'indemnisation reste inchangée jusqu'à fin mars
Elisabeth Borne, ministre du Travail

Boursier.com, publié le mardi 16 février 2021 à 13h40

"On va prolonger au mois de mars les taux actuels d'activité partielle", a indiqué la ministre du Travail...

Pas de changement le mois prochain... Alors que l'exécutif prévoyait de durcir les règles du chômage partiel, la ministre du Travail Elisabeth Borne a annoncé ce mardi la prolongation des conditions actuelles d'indemnisation du dispositif pour mars en raison de la crise liée au Covid-19.

"On va prolonger au mois de mars les taux actuels d'activité partielle, donc effectivement, aucun reste à charge pour les secteurs qui sont frappés par la crise et on maintiendra le taux de 15% pour les autres, pour répondre à l'incertitude sur la situation sanitaire", a-t-elle détaillé sur 'BFM Business'.

"Moi je le redis à toutes les entreprises : signez des accords d'activité partielle de longue durée ! Vous savez que ces accords peuvent durer jusqu'à deux ans et permettent de garantir à l'entreprise de la visibilité ainsi qu'à ses salariés un taux très protecteur d'activité partielle", a également appelé la ministre.

Prise en charge à 100% pour les secteurs les plus touchés

Pour rappel, la règle générale actuelle est que le salarié est indemnisé à hauteur de 70% de son salaire brut, soit 84% net, avec un reste en charge de 15% pour les entreprises. En mars, ce dernier devait passer à 40%, avec une indemnisation du salarié baissant à 60%. Mais ces nouvelles conditions d'indemnisation avaient déjà été reportée plusieurs fois.

Les secteurs les plus fragilisés par la crise liée au Covid-19, tels que tourisme, l'hôtellerie-restauration, la culture, le sport et les loisirs, ainsi que les activités qui en dépendent, continueront de leur côté à bénéficier d'une prise en charge à 100%.

9 millions de salariés "protégés"

Le chômage partiel classique a déjà coûté près de 30 milliards d'euros à l'Etat. Selon Elisabeth Borne, le dispositif "a protégé 9 millions de salariés au printemps et 3 millions au mois de novembre".

Face aux incertitudes liées à crise sanitaire et aux difficultés actuelles du marché du travail, la ministre du Travail avait également confirmé lundi que l'aide aux travailleurs précaires, qui garantit un revenu de 900 euros par mois, sera prolongée jusqu'en juin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.