Chômage partiel : pas de changement pour les salariés le 1er juillet

Chômage partiel : pas de changement pour les salariés le 1er juillet
salarié maladie

Boursier.com, publié le lundi 15 juin 2020 à 11h58

Le ministère du Travail a refait un point, après des propos de Gérald Darmanin lundi matin, évoquant une baisse de la prise en charge.

Des rumeurs dans la presse, mais aussi des déclarations au sein du gouvernement avaient jeté le doute ces dernières heures... "L'information selon laquelle l'indemnisation des salariés en activité partielle passerait à 60% du brut au 1er juillet est inexacte. Il n'y aura aucun changement d'indemnisation pour les salariés en activité partielle au 1er juillet", a précisé le ministère du Travail lundi. Actuellement, l'indemnisation s'effectue à hauteur de 70% du salaire brut.

Les règles resteraient également les mêmes pour les employeurs, qui prennent en charge 15% du coût du chômage partiel depuis le 1er juin. Des informations qui contredisent les propos de Gérald Darmanin. "On va baisser un tout petit peu" le chômage partiel, a déclaré le ministre de l'Action et des Comptes publics lundi sur BFMTV, avec une prise en charge à "60% au lieu de 70%" actuellement. Mais les salariés "ne verront sans doute pas la différence puisqu'il appartient aux chefs d'entreprises de compenser les 10 ou 15% que l'État ne mettra plus", a-t-il expliqué - avant donc d'être contredit.

Le Maire ferme la porte

Bruno Le Maire s'est de son côté dit défavorable à une baisse de l'indemnisation, alors que cette piste avait aussi été soulevée par la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher vendredi dernier.

"Je considère que l'on doit préserver le pouvoir d'achat des salariés", a-t-il expliqué au micro de franceinfo. "Il y a derrière une question de justice et d'efficacité économique, nous avons aussi besoin d'avoir des salariés qui peuvent consommer, qui peuvent participer à la reconstruction économique que le président de la République a appelé de ses voeux", selon lui.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.