Chute de l'activité confirmée avec le confinement en France

Chute de l'activité confirmée avec le confinement en France©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 avril 2020 à 14h20

L'économie est placée "sous anesthésie", pour l'Insee, qui observe un décrochage de 35% de l'activité depuis le 17 mars.

Le confinement généralisé en vigueur en France depuis le 17 mars continue de peser lourdement sur l'activité française. Dans sa nouvelle évaluation de l'impact économique de la crise sanitaire en cours publiée jeudi, l'Insee confirme ses premières estimations suggérant que "l'économie française fonctionne 35% en-dessous de la 'normale'" et précise que sur le secteur marchand, hors loyers, le recul atteint 49%.

Par rapport à sa précédente note publiée le 9 avril, l'Insee observe en revanche une très légère reprise dans l'industrie et la construction, "probablement du fait de la réouverture de certaines usines et certains chantiers" grâce à la mise en place de protocoles de sécurité sanitaire spécifiques. La consommation des ménages demeure inférieure d'un tiers à sa normale.

Organisme sous anesthésie

"Comme un organisme placé sous anesthésie, l'économie française n'assure plus que ses fonctions vitales. Les mesures de soutien budgétaire aux entreprises et aux ménages visent notamment à favoriser les conditions du réveil - dont on sait qu'il ne sera que très progressif - puis de la convalescence", résume l'Insee dans ce nouveau point de conjoncture.

Ce diagnostic a été confirmé par le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire. "Nous sortons de la phase de crise et nous allons aborder une deuxième phase qui va être une phase de transition dans laquelle l'activité va reprendre (...). Dans un dernier temps il y aura effectivement un retour à la normale (...), mais nous n'y sommes pas", a-t-il prévenu jeudi sur franceinfo.

Plusieurs mois de transition

"La transition entre la crise et le rebond prendra plusieurs mois", a de son côté souligné le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, sur BFMTV.

Pour l'Insee, dans la mesure où la reprise de l'activité "ne sera a priori pas immédiate et sera probablement d'autant plus lente que la durée du confinement aura été importante", l'impact global de cette quasi-paralysie de l'économie française sera "certainement supérieur" à l'estimation d'une perte de richesse nationale de trois points de produit intérieur brut (PIB) annuel par mois de confinement.

Dans ses dernières prévisions - toujours susceptibles d'être revues - le gouvernement table sur une contraction de 8% de l'économie française cette année, une récession sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.