Cigarette électronique : les ventes chutent de 30% après les polémiques

Cigarette électronique : les ventes chutent de 30% après les polémiques
cigarette électronique

Boursier.com, publié le mardi 01 octobre 2019 à 14h42

Alors la polémique sur le vapotage enfle aux Etats-Unis, où 12 personnes sont mortes, les consommateurs sont de plus en plus inquiets.

Le marché de la cigarette électronique s'essouffle en France... Depuis la mise en cause du vapotage aux Etats-Unis et les interdictions qui se succèdent à l'international, la filière française de l'e-cigarette connaît une chute d'activité de l'ordre de 25% à 30%, selon l'AFP qui se base sur les données de l'un des grands acteurs du secteur.

"Nous craignons que des fumeurs en viennent désormais à se dire que la "vape" est plus dangereuse que la cigarette", confie Rémi Baert, le PDG de Kumulus Vape, cité par l'agence.

Pour rappel, quelque 805 cas de maladies pulmonaires liées à la cigarette électronique ont été recensés aux Etats-Unis, avec au total 12 décès. La semaine dernière encore, le Massachusetts a décidé d'interdire dans la foulée la vente de cigarettes électroniques, tout comme l'Inde. Deux autres Etats américains (New York et le Michigan) ont également déjà prohibé les e-cigarettes aromatisées, tandis que la France a choisi de renforcer sa surveillance.

Pas les mêmes lois en France et aux États-Unis

Cette baisse des ventes dues aux dernières polémiques paraît injustifiée pour les acteurs du marché en France. Rémi Baert, le patron Kumulus Vape dont le titre a plongé en Bourse et qui a perdu la moitié de sa valeur pour tomber aux alentour de 4 euros, rappelle que "le marché américain n'est pas régi par les mêmes loi qu'en France".

Selon lui, les drames vécus outre-Atlantique doivent en effet être dissociés du vapotage en France, la composition des e-liquides étant bien plus réglementée dans l'Hexagone et les huiles au THC ne sont pas autorisées. "Aux États-Unis, la composition des produits est totalement libre", ajoute-t-il.

Depuis mai 2016, le marché de la cigarette électronique est soumis au cadre réglementaire imposé par l'Union européenne et les e-liquides ont particulièrement été touchés par la restriction du volume des fioles (10 ml). "Et nous pouvons clairement affirmer que les producteurs français sont les meilleurs au monde", en s'imposant d'eux mêmes des critères allant au-delà des exigences réglementaires et certifiées par la norme Afnor, selon Rémi Baert..

Des profils de consommateurs différents

Il faut également noter que le profil des consommateurs n'est pas le même dans l'Hexagone. En France, les vapoteurs sont pour la plupart des fumeurs qui tentent d'arrêter, alors qu'aux États-Unis, ce sont souvent des jeunes qui n'ont jamais fumé auparavant.

Interrogé par 'franceinfo' à ce sujet, Bernard Basset, vice-président de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie, explique également que cette baisse intervient car il n'y a plus d'attrait à la nouveauté. "Après une phase de mode, il y a une correction du marché, une phase de sagesse et d'utilisation plus raisonnée. Il y avait une promotion du vapotage d'une diversité de produits en particulier auprès des jeunes qui n'ont jamais fumé", a-t-il expliqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.