Cigarettes mentholées : des géants du tabac soupçonnés de contourner l'interdiction

Cigarettes mentholées : des géants du tabac soupçonnés de contourner l'interdiction
cigarette contrebande tabac

Boursier.com, publié le vendredi 21 août 2020 à 13h55

Certains industriels sont soupçonnés d'utiliser un flou juridique pour vendre des cigarettes mentholées, interdites à la vente depuis le 20 mai dernier dans l'Union européenne...

Les cigarettes et le tabac à rouler aromatisés au menthol, c'est définitivement fini depuis le 20 mai dernier dans toute l'Union européenne... Mais selon les informations du 'Parisien', certains industriels du tabac ne joueraient pas le jeu. En effet, le numéro deux mondial du tabac British American Tobacco (Lucky Strike, Dunhill...) accuse son concurrent Japan Tobacco International (Winston, Camel) de contourner la législation et de continuer de vendre ces produits mentholés.

Selon le fabricant qui s'appuie sur une étude sensorielle réalisée par "un institut français spécialisé", 12,5% des fumeurs de cigarettes mentholées se seraient notamment tournés vers les Camel Shift Fresh et Winston Xsphere Fresh, appartenant au groupe Japan Tobacco International (JTI). Ces nouvelles cigarettes contiendraient des résidus de menthol.

La Direction générale de la santé (DGS) a de son côté confirmé avoir lancé une enquête sur la question, en déclenchant "pour la première fois la procédure prévue par le Code de la santé publique".

"Vide juridique"

Contacté par 'Le Parisien', JTI se défend et assure que ses cigarettes "commercialisées depuis le 20 mai 2020 sont en parfaite conformité avec la loi". "Toutes les informations relatives aux composants de tous nos produits ont par ailleurs été communiquées aux autorités avant leur mise sur le marché, garantissant une transparence totale tout au long du processus", ajoute le fabricant.

La vente des cigarettes mentholées est en fait rendue possible en raison d'un "vide juridique", a expliqué Pascal Marbois, directeur des affaires publiques de British American Tobacco (BAT). "La loi interdit la référence de produits du tabac contenant un arôme caractérisant, elle n'interdit pas chimiquement la présence de menthol", précise-t-il.

8% des ventes en France

Dans un contexte de hausse du prix du tabac, qui pousse certains Français à se fournir à l'étranger ou à arrêter la cigarette, d'autres cigarettiers avaient déjà tiré la sonnette d'alarme concernant ces produits mentholés, comme l'indique le ministère de la Santé au quotidien. Avant l'interdiction le 20 mai, les cigarettes au menthol représentaient 8% des ventes en France.

Pour rappel, la nouvelle législation sur le tabac votée en 2014, et mise en oeuvre depuis 2016, prévoyait la disparition des cigarettes aromatisées. Celles au menthol, bien plus répandues que les autres goûts, avaient obtenu un sursis jusqu'en 2020. Le Comité National Contre le Tabagisme (CNCT) avait salué l'entrée en vigueur de cette disposition "importante", soulignant "un enjeu de santé publique majeur", alors qu'aux Etats-Unis "plus de 4 jeunes sur 5 s'initient au tabagisme par le biais de produits mentholés"...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.