Circulation : bientôt des péages urbains en France ?

Circulation : bientôt des péages urbains en France ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 17 octobre 2018 à 20h45

Les automobilistes pourraient bientôt avoir à payer pour circuler dans les grandes villes françaises.... Selon le média en ligne 'Contexte', qui s'est procuré l'avant-projet de loi d'orientation des mobilités, les agglomérations de plus de 100.000 habitants seraient autorisées à se doter d'un péage urbain.

Ce type de péage existe déjà dans certaines villes européennes, dont Londres et Milan, et la ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait déjà exprimé le souhait de les voir apparaître en France. Ce nouveau "tarif de congestion", selon les termes du texte officiel, serait perçu à l'entrée des grandes villes, avec pour objectif affiché de "limiter la circulation automobile et de "lutter contre la pollution et les nuisances environnementales".

Selon Contexte, l'avant-projet de loi a été transmis ces derniers jours au Conseil d'Etat, dans l'optique d'une présentation du projet de loi en Conseil des ministres début novembre.

Au maximum 2,5 euros pour une voiture, mais le double à Paris

Selon ce texte, l'argent collecté alimentera les caisses des collectivités, qui pourront définir les heures d'application, ainsi que le montant du péage, qui sera "déterminé de manière forfaitaire pour chaque entrée dans la zone soumise au tarif". Pour les véhicules légers, ce montant sera toutefois limité à 2,50 euros, mais pour les autres véhicules (utilitaires, camions...), le tarif pourra être jusqu'à quatre fois plus élevé.

Toutefois, pour les plus grandes communes, celles de plus de 500.000 habitants (Paris, Marseille et Lyon), les montants pourraient être multipliés par deux, et donc atteindre 5 euros pour une voiture et jusqu'à 20 euros pour un camion. Les créations de ces péages seront décidées par les villes ou par les communautés de communes et par la région en Ile-de-France.

Un système de télépéage pour facturer les automobilistes

Des tarifs réduits ou la gratuité sont toutefois prévus pour certaines catégories d'automobilistes, dont les "véhicules d'intérêt général" ou ceux assurant "un service public de transport". Les résidents et les employés seraient aussi favorisés ("ceux dont le domicile ou le lieu de travail est situé dans la zone soumise à tarif de congestion").

Concrètement, les communes ne vont pas installer des barrières de péage à l'entrée des villes mais un système de téléservice qui enregistre tous les passages avant de leur envoyer la facture en fin de mois.

Le prix à payer pour des villes moins polluées ?

Ce projet intervient alors que les automobilistes sont fortement sollicités par des hausses de leurs coûts, à commencer par les prix croissants des carburants sous le double effet des taxes écologiques et de la flambée des cours du pétrole.

Par ailleurs, certaines villes (Paris, Grenoble, Strasbourg...) ont mis en place un système de vignette Crit'air, qui limite la circulation de véhicules polluants lors des périodes de pics de pollution. En outre, depuis le 1er janvier 2018, ce sont les communes et non plus l'Etat, qui gèrent les amendes pour stationnement non payé ou dépassé, ce qui a eu pour effet de faire augmenter le prix du stationnement et des "forfaits de dépassement" dans de nombreuses communes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.