Climat: des PDG plaident pour une "convergence" des prix mondiaux du carbone

Chargement en cours
 De gauche à droite, Pierre Gattaz, président du Medef, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, Jean Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric et Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Solvay, à Paris, le 11 décembre 2017

De gauche à droite, Pierre Gattaz, président du Medef, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, Jean Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric et Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Solvay, à Paris, le 11 décembre ...

1/3
© AFP, ERIC PIERMONT
A lire aussi

AFP, publié le lundi 11 décembre 2017 à 12h05

A la veille du sommet climat de Paris, les PDG de Schneider Electric et Solvay, qui coordonnent un engagement des grands groupes français en faveur du climat, appellent à l'abandon des "réflexes anciens" pour accélérer la lutte contre le changement climatique, dans un entretien à l'AFP.

Q: Qu'attendez-vous de ce sommet climat, axé sur le financement de la lutte contre le réchauffement climatique?

Jean-Pascal Tricoire (Schneider Electric): Tout le monde commence à être convaincu mais ce sont beaucoup de réflexes anciens qu'il faut changer. Dans un monde où les choses évoluent extrêmement vite, il faut s'assurer que les actions soient bien alignées. 

Jean-Pierre Clamadieu (Solvay): On attend un message fort des politiques. Paris a été un moment de grand enthousiasme suivi par un certain nombre de difficultés de mise en oeuvre, puis une décision politique forte, celle des Etats-Unis disant +nous voulons sortir+ (de l'accord sur le climat). Mais dans les Etats, les villes et chez nos collègues américains, la mobilisation continue et voir demain autour du président de la République française un certain nombre d'acteurs politiques de premier plan exprimer leur volonté que la dynamique qui a été créée à Paris se poursuive, c'est un message fort dont on a besoin. 

Q: Comment mobiliser les moyens financiers nécessaires?

M. Tricoire: J'attends beaucoup du monde de la finance. On a besoin de financements et il n'y a pas eu dans le passé suffisamment de discrimination entre les entreprises qui avaient un vrai engagement et celles qui n'en avaient pas. C'est cela qui fera une différence fondamentale parce qu'à la fin ce sont ceux qui investissent dans les entreprises qui en ont d'une certaine manière la direction.

M. Clamadieu: C'est en train de changer. Je suis au conseil d'administration d'Axa qui a pris sur le sujet des énergies fossiles, et en particulier du charbon, des positions très fortes (de désinvestissement). On a aujourd'hui un certain nombre d'entreprises françaises, qui disent +je vais appliquer les recommandations du TCFD+ (groupe de travail du G20 qui a travaillé sur la prise en compte du risque climatique par les entreprises) et on aura, dès février, les premiers rapports dans lesquels elles présenteront cette analyse de risque et de scénarios.

Q: Il y a deux ans, vous appeliez à un prix du carbone mondial. Il n'existe toujours pas.

M. Clamadieu: Il y a des signes très positifs. La Chine va démarrer dans les semaines qui viennent un marché du carbone deux fois plus important que celui du marché européen. La réforme du marché européen est aujourd'hui quasiment bouclée et il y a une dizaine d'initiatives dans le monde autour de cette problématique de prix du carbone. L'enjeu maintenant c'est de faire en sorte que ces marchés fonctionnent, qu'on ait des prix plus élevés, et qu'on aille progressivement vers une convergence. Le fait que les entreprises anticipent l'existence d'un prix externe du carbone en décidant de mettre en place un prix interne est un moyen de montrer qu'elles sont prêtes.

M. Tricoire: Toutes les décisions qu'on prend dans les entreprises ont une portée d'au moins dix ans, et même plutôt 50 quand on crée un laboratoire de R&D ou une nouvelle usine. Donc c'est absolument essentiel dans les choix d'aujourd'hui d'intégrer le coût carbone de nos décisions. 

 
7 commentaires - Climat: des PDG plaident pour une "convergence" des prix mondiaux du carbone
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 11 12 2017 à 13 20

    Mais comment ça se passe pour les dégagements de CO² des volcans parce que bizarrement l'éruption du volcan de Bali a disparu des radars médiatiques mais il expulse toujours des millions de tonnes, on les comptabilisent ou ces tonnes ?

    voici ce que disent les services de l'état français d'ailleurs :
    Point de situation au 11/12 à 06h00 (wita / heure de Bali) : L’alerte sur le Mont Agung est toujours de niveau 4 (maximum). Les consignes de sécurité restent les mêmes, à savoir : il est interdit de s´approcher à moins de 8 km autour du cratère et de 10 km dans les zones situées au Nord, Nord-Est, Sud, Sud-Est et Sud-Ouest. Ce périmètre de sécurité peut évoluer selon la situation.
    Restez informés //magma.vsi.esdm.go.id/) et conformez-vous aux instructions des autorités locales.
    En raison des projections de cendres volcaniques, le trafic aérien et le fonctionnement des aéroports à proximité (essentiellement Denpasar et Lombok, mais pas exclusivement) sont perturbés. Nous vous recommandons de vous tenir informés de l’évolution de la situation auprès de vos compagnies aériennes.
    Pour les dernières informations sur les aéroports de Denpasar et Lombok, cliquez ici.

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure , encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    Hommage à Johnny : TF1 et France 2 allument l'audimat
    Statut : refusé
    Il y a 25 minutes
    le 11 12 2017 à 09 33

    Tout l'art de Johnny était de chanter la culture Française dans ce registre particulier.

    C'est ça aussi la France et son art unique que d'aucuns qualifiaient dans le passé "d'exception culturelle Française".

    Il était si représentatif de cet art et de cette monoculture que les US ne l'ont pas reconnu comme un de leurs rockers.

    Alors quoi d'étonnant à ce que des chaînes de TV fassent de l'audience quand l'art Français voit disparaître un Rocker emblématique de la culture française ?

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    et le CO2 de rejeté par les hommes, 1 kg par jour et par humain, on le compte celui la ou pas ?
    Et la précession des équinoxes, c'est politiquement incorrect d'en parler ?
    Et les avions qui ne polluent pas puisque leurs émissions ne sont prises en compte, on en parle ou pas ?

    Et comment on fait avec des éoliennes qui ne fonctionnent que 3500 heures par an sur les plus de 8000 que compte une année, on fait tourner d es dynamos de vélos, des centrales à charbon, on fait comment pour fabriquer du courant pendant ce temps là ?

    Non mais sérieux on arrivera un jour à parler en dehors de toues idéologie de l'écologie façon Darwin j'entends ?

  • avatar
    PatrickMoselle -

    Accélérer la lutte contre le changement climatique, concerne tout le monde et pas seulement les industriels....C'est pas avec le '' Fric '' qu'on va sauver la planète, sauf que certains veulent gagner de l'argent facile....Contre la pollution, il y a tout simplement lieu de mettre en place des lois et les appliquer pour les pollueurs...L'argent, personne le ramene au paradis....ni faire des pansements pour soigner la couche d'ozone.....

  • avatar
    fledge -

    Tant que le monde sera soumis à la loi de la mafia financière, tous ces discours "carboniques" n'est que du blabla on ne peut plus stérile et de la poudre poivrée aux yeux des crédules pour culpabiliser le quidam et pour nous taxer encore d'avantage tous ceux qui gagnent péniblement leur pain quotidien.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]