Climat : le coût des catastrophes naturelles a augmenté de 151% en 20 ans

Climat : le coût des catastrophes naturelles a augmenté de 151% en 20 ans
tempête catastrophe ouragan destruction météo
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 11 octobre 2018 à 13h45

C'est une nouvelle alerte sur les conséquences du réchauffement climatique. En 20 ans, le coût des dégâts engendré par les intempéries a atteint 2.520 Mds d'euros. Selon l'UNISDR, le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes, 77% de ce montant concerne les tempêtes, tsunamis et autres inondations liés à la hausse progressive des températures.


Les Etats-Unis en tête

Cette somme atteignait 1.100 milliards en 1998. Le coût de ces intempéries a été multiplié par 2,5. Les pertes les plus importantes ont été enregistrées aux Etats-Unis (820 Mds d'euros), en Chine (427 Mds d'euros) et au Japon (326 Mds d'euros). La France occupe la sixième place du classement avec une dépense de 42 milliards d'euros, suivie par l'Allemagne et l'Italie.

En 20 ans, ces catastrophes ont fait 1,3 million de morts et 4,4 milliards de personnes blessées, déplacées ou sans-abris. La moitié de ces décès est liée aux tremblements de terre et aux tsunamis qu'ils ont engendrés.


Les pays pauvres pénalisés

Le rapport indique également que ce sont les pays qui contribuent le moins au réchauffement climatique qui en paient le plus le prix. "Le coût financier supporté par les pays ayant un faible niveau de vie a des conséquences importantes sur leur développement futur", indique Debarati Guha-Sapir, la directrice du Centre de recherche sur l'épidémiologie des désastres.


Limité à +1,5 degré

Lundi, les scientifiques du Giec, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, appelaient à tout mettre en oeuvre pour contenir le réchauffement climatique à +1,5 degré et non 2 degrés ou plus.

En 2015, lors de la Cop 21 à Paris, les Etats s'étaient mis d'accord pour réduire le réchauffement climatique "bien au-dessous de 2 degrés" et viser 1,5 degré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.