Climat : nouveau record de concentration de gaz à effet de serre en 2018

Climat : nouveau record de concentration de gaz à effet de serre en 2018
pollution ville

Boursier.com, publié le lundi 25 novembre 2019 à 17h35

Selon le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, "il n'y a aucun signe de ralentissement, et encore moins de baisse, de la concentration de gaz à effet de serre".

Nouvelle année, nouveau record... L'ONU a mis en garde lundi contre les principaux gaz à effet de serre (GES), à l'origine du réchauffement climatique, qui ont franchi des niveaux de concentration encore jamais atteints en 2018. Un cri d'alarme qui intervient à une semaine de la réunion annuelle de l'ONU sur la lutte contre le changement climatique, la COP25 à Madrid.

"Le bulletin de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) sur les gaz à effet de serre a montré que les concentrations moyennes de dioxyde de carbone (CO2) atteignaient 407,8 parties par million en 2018, contre 405,5 ppm (parties par million) en 2017", a détaillé l'organisation dans un communiqué.

Ce rapport rend compte des quantités de gaz à effet de serre qui restent dans l'atmosphère, alors qu'"environ un quart des émissions totales sont absorbées par les océans et un autre quart par la biosphère", précise l'ONU.

"Aucun signe de ralentissement"

"Il n'y a aucun signe de ralentissement, et encore moins de baisse, de la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère malgré tous les engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris sur les changements climatiques", a affirmé le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, cité dans le communiqué.

Le rapport fait remarquer que l'augmentation des émissions de CO2 de 2017 à 2018 a été très proche de celle observée de 2016 à 2017 et légèrement supérieure à la moyenne de la dernière décennie. "Les niveaux mondiaux de CO2 ont dépassé le seuil symbolique et significatif de 400 ppm en 2015", a-t-elle ajouté.

Hausse des concentrations de méthane et d'oxyde nitreux

L'ONU, qui se base sur les observations du réseau Global Atmosphere Watch, indique également que les concentrations de méthane et d'oxyde nitreux (ou "protoxyde d'azote") ont également augmenté plus rapidement que la moyenne annuelle de la dernière décennie. A titre indicatif, le méthane et le protoxyde d'azote sont respectivement au deuxième et troisième rang des plus importants gaz à effet de serre persistants.

Petteri Taalas a par ailleurs rappelé que "la dernière fois que la Terre a connu une concentration comparable de CO2, c'était il y a 3 à 5 millions d'années. À l'époque, la température était de 2 à 3 degré Celsius plus chaude, le niveau de la mer était de 10 à 20 mètres plus élevé qu'aujourd'hui".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.