Comment l'usage des télécoms a été bouleversé pendant le confinement

Comment l'usage des télécoms a été bouleversé pendant le confinement©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 octobre 2020 à 18h20

Plus de 72,2 milliards de minutes de conversations téléphoniques au deuxième trimestre. Un record.

Les Français se sont énormément téléphoné pendant les huit semaines passées à la maison pendant le confinement. L'Autorité de régulation du secteur (Arcep) évoque dans une étude publiée jeudi un bouleversement des usages.

Avec 72,2 milliards de minutes de conversations téléphoniques au deuxième trimestre, la consommation vocale depuis les réseaux fixes et mobiles a atteint un nouveau record jamais égalé en vingt ans. L'Arcep souligne que l'augmentation est de 28,3% sur un an contre un recul de 2% un an auparavant.

Vers les mobiles et les fixes

La hausse s'est principalement portée sur les communications vers les réseaux mobiles nationaux (+33% en un an), mais également vers celles des réseaux fixes (+32%), même si le trafic vocal vers les réseaux mobiles nationaux représente plus de 80% de la consommation vocale mobile.

Parmi les possesseurs de téléphone mobile, ceux ayant souscrit un forfait ont consommé 4h40 par mois en moyenne durant le deuxième trimestre. Leur consommation mensuelle moyenne a ainsi flambé de près de 30% par rapport au deuxième trimestre 2019 (dont environ 10 minutes supplémentaires vers les réseaux fixes).

Les SMS ne font plus recette

En revanche, les SMS, dont l'usage diminue continûment depuis 2016 au profit des applications mobiles de messageries instantanées (Messenger, Viber, WhatsApp, etc.), continuent de reculer. Ils ont baissé "significativement" au deuxième trimestre selon l'Arcep (-23% en un an sur le volume global contre environ -6,5% en 2018 et en 2019), alors que le début de la crise sanitaire ne semblait pas avoir eu d'effet significatif. Le trafic émis à l'étranger en roaming out est quant à lui divisé par quatre en un an.

La France a été placée sous confinement entre le 17 mars et le 11 mai pour freiner la vague épidémique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.