Commerce : Donald Trump s'en prend aux "terribles barrières" de l'UE

Commerce : Donald Trump s'en prend aux "terribles barrières" de l'UE©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 12 novembre 2019 à 21h55

Dans un discours, mardi, Donald Trump a accusé l'Union européenne d'ériger de "terribles barrières douanières", à deux jours d'une décision de Washington sur une hausse des droits de douane sur le secteur automobile européen...

Dans un discours, mardi, devant le Club Economique de New York, Donald Trump a estimé qu'un accord commercial était désormais "proche" entre les Etats-Unis et la Chine, mais il a accusé l'Union européenne d'ériger de "terribles barrières douanières", à deux jours d'une décision de Washington sur les droits de douane sur le secteur automobile européen...

Alors que des sources proches des négociations estiment que les Etats-Unis reporteront une nouvelle fois, jeudi, l'entrée en vigueur de ces taxes sur l'automobile, Donald Trump a réitéré ses critiques contre la politique commerciale de l'Union européenne, l'accusant d'avoir mis en place de "terribles barrières".

"Personne n'a mieux triché que la Chine"

A l'inverse, il fait part de son optimisme sur le dossier des négociations avec la Chine, avec laquelle un accord dit de "Phase 1" serait désormais "proche". Il a ajouté que Pékin "meurt d'envie de conclure un accord. C'est nous qui déciderons si nous voulons ou non d'un accord". Il a répété que Washington n'acceptera un accord "que s'il est bon pour les Etats-Unis, nos travailleurs et nos belles entreprises".

Il a aussi mis en garde le géant asiatique, en affirmant que sur le plan commercial, "personne n'a mieux triché que la Chine", a lancé Trump, ajoutant que "le vol d'emplois américains et de richesse américaine est terminé".

Vers un nouveau report des taxes sur l'automobile européenne ?

Concernant l'UE, les Etats-Unis doivent décider d'ici à jeudi s'ils imposent des droits de douane pouvant aller jusqu'à 25% sur les automobiles et pièces détachées européennes, pour des raisons de sécurité nationale, en vertu d'une loi connue sous le nom de section 232.

La mise en oeuvre de ces droits de douane a déjà été repoussée de six mois et Jean-Claude Juncker, président sortant de la Commission européenne, a assuré la semaine dernière dans un entretien à un journal allemand que Donald Trump n'imposerait pas ce mois-ci de taxes douanières au secteur automobile européen.

Le secrétaire au Commerce Wilbur Ross avait de son côté indiqué que l'administration Trump pourrait ne pas imposer ce mois-ci des tarifs douaniers sur les véhicules importés de l'UE compte-tenu d'échanges "fructueux" avec les constructeurs.

7,5 Mds$ de produits européens taxés depuis le 18 octobre

Le 18 octobre dernier, l'administration Trump a mis en oeuvre des taxes douanières supplémentaires sur 7,5 milliards de dollars de produits européens, dont les avions (mais pas leurs pièces détachées), des vins (hors champagne), de l'huile d'olive, des fromages ou encore des engins de chantier et des lentilles d'appareils photo allemands.

Ces sanctions avaient été autorisées par l'OMC (Organisation mondiale du commerce) en représailles aux subventions accordées à l'avionneur européen Airbus, dans une bataille juridique qui remonte à 2004. L'OMC pourrait autoriser prochainement l'UE a taxer elle aussi des produits américains pour punir les Etats-Unis d'avoir subventionné Boeing. Les dirigeants européens ont affirmé à de nombreuses reprises leur souhait de régler ce contentieux par la négociation, sans succès jusqu'à présent.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.