Commerce : le fabricant chinois de puces SMIC "blacklisté" à son tour par Washington

Commerce : le fabricant chinois de puces SMIC "blacklisté" à son tour par Washington©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 18 décembre 2020 à 21h40

Donald Trump accroît la pression sur la Chine avant son départ de la Maison Blanche. Le département du Commerce a ainsi ajouté vendredi une soixantaine d'entreprises chinoises à sa liste noire, dont SMIC, le fleuron chinois des "puces".

Les tensions commerciales entre Washington et Pékin s'accroissent à l'approche de la fin de la présidence de Donald Trump. L'administration américaine a ainsi annoncé ce vendredi avoir ajouté SMIC (Semiconductor Manufacturing International Corporation), le géant chinois de puces informatiques, à la liste noire du département du Commerce, dans le souci de "protéger la sécurité nationale des États-Unis".

Washington a en outre a ajouté à cette liste noire "plus de soixante autres entités", dont le constructeur de drones SZ DJI Technology, en raison d'"actions jugées contraires à la sécurité nationale ou à l'intérêt de la politique étrangère des États-Unis".

Le 6 décembre dernier, Washington avait déjà ajouté 4 grandes entreprises chinoises, dont SMIC et le groupe pétrolier CNOOC, à une autre liste noire, celle du Pentagone, qui concerne les sociétés considérées comme ayant des liens avec l'armée chinoise. Il sera interdit à des investisseurs américains d'acheter des titres de ces sociétés à partir de début 2021.

Quant à la liste noire du département du Commerce, sur laquelle figurent notamment les géants des télécoms Huawei et ZTE, elle comprend désormais quelque 275 entreprises chinoises et leurs filiales, dont de nombreuses "pépites" de la tech chinoise. Il est interdit aux entreprises d'exporter des technologies d'origine américaine vers les entreprises inscrites sur cette liste noire, sauf si elles parviennent à se faire délivrer une licence dérogatoire par l'administration américaine.

Pas d'aide américaine au développement de l'armée chinoise

Dans le cas de SMIC, Washington a précisé qu'ils sera interdit au groupe chinois d'acquérir des technologies permettant de construire des puces avec des circuits de 10 nanomètres ou moins, c'est-à-dire les puces les plus performantes de l'industrie.

"Nous ne permettrons pas à la technologie avancée des Etats-Unis d'aider à développer l'armée d'un adversaire de plus en plus belliqueux", a commenté le secrétaire au Commerce Wilbur Ross cité dans le communiqué.

Pékin dénonce une "oppression injustifiée"

Outre DJI, premier fabricant mondial de drones, AGCU Scientech, China National Scientific Instruments and Materials, et Kuang-Chi Group figurent également sur la liste des nouveaux inscrits sur la liste noire. Ils sont tous accusés d'avoir permis "des violations des droits de l'homme à grande échelle en Chine grâce à une collecte et à une analyse génétiques abusives ou à une surveillance de haute technologie".

Vendredi soir, le ministère chinois des Affaires étrangères a réagi en exhortant les Etats-Unis "à cesser leur comportement erroné d'oppression injustifiée des entreprises étrangères".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.