Commerce : le FMI et l'OMC inquiets du protectionnisme de Trump

Commerce : le FMI et l'OMC inquiets du protectionnisme de Trump
illustration pour commerce-

Boursier.com, publié le lundi 11 juin 2018 à 23h33

Le sommet du G7 au Canada est donc considéré par les observateurs comme un échec, voire un fiasco, après avoir été torpillé par Donald Trump. Un communiqué commun avait pourtant été établi samedi à La Malbaie au Québec. Mais le président américain a posté des tweets rageurs exigeant le retrait des Etats-Unis du texte..

Il a accusé le Premier ministre canadien Justin Trudeau (président et hôte de ce sommet) de "très malhonnête et faible. Nos tarifs douaniers sont en réponse à ses droits de 270% sur les produits laitiers!", a-t-il ajouté...

L'automobile désormais dans le collimateur de Trump

Lundi, le directeur général de l'OMC (Organisation mondiale du commerce), Roberto Azevêdo, a réagi en appelant à la fin de "l'escalade des tensions. Ce processus +oeil pour oeil+ n'est pas utile (...) Des nouveaux secteurs vont être entraînés dans (la crise) ce qui va faire du mal à tout le monde", a-t-il dit à l'issue d'une réunion à Berlin avec la chancelière Angela Merkel et les représentants d'institutions économiques et financières internationales.

Après l'acier et l'aluminium, Donald Trump menace désormais de taxer les importations d'automobiles, une mesure qui pénaliserait particulièrement l'Allemagne et le Japon.

Based Justin's conference, Canada Tariffs U.S. farmers, companies, I U.S. Reps Communique Tariffs U.S. Market! - Donald J. Trump (@realDonaldTrump)
Des "nuages de plus en plus sombres" sur l'économie mondiale

A l'issue de cette même réunion, Christine Lagarde, la directrice générale du FMI s'est elle aussi inquiétée des effets sur l'économie mondiale du protectionnisme prôné par Donald Trump.

"Les nuages les plus gros et sombres que nous percevons sont ceux de la détérioration de la confiance qui ont été provoqués par la volonté de remettre en question la manière dont s'organise le commerce, la manière de gérer les relations et la manière dont agissent les organisations multilatérales", a-t-elle déclaré.

Le FMI continue d'anticiper une croissance économique mondiale de 3,9% en 2018 et en 2019 mais pour Christine Lagarde, "les nuages que nous avons signalés il y a environ six mois sont chaque jour de plus en plus sombres"...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.