Complémentaires santé : l'UFC-Que Choisir épingle l'augmentation des tarifs

Complémentaires santé : l'UFC-Que Choisir épingle l'augmentation des tarifs©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 21 janvier 2021 à 11h03

Cette augmentation pèse lourd, en période de crise, sur le budget des ménages, puisqu'elle correspond à un surcoût annuel médian de 79 euros, qui dépasse même les 200 euros pour près d'un assuré sur cinq.

Une hausse de 4% en moyenne, qui ne semble pas justifiée... L'UFC-Que Choisir épingle jeudi les mutuelles et le prix en hausse des complémentaires santé. L'association de défense des consommateurs a pu étudier 623 contrats individuels, provenant de 123 organismes différents. "Leur analyse permet de mettre en évidence une inflation médiane des assurances santé de 4,3% en 2021, soit trois fois plus que l'augmentation du pouvoir d'achat des Français espérée cette année", peut-on lire dans un communiqué.

De quoi poursuivre "tristement les hausses massives de cotisations de ces dernières années (respectivement 4% et 5% en 2019 et 2020)". Cette augmentation pèse lourd, en période de crise, sur le budget des ménages, puisqu'elle correspond à un surcoût annuel médian de 79 euros, qui dépasse même les 200 euros pour près d'un assuré sur cinq.

Des hausses de plus de 7% chez certaines mutuelles

L'analyse des contrats met en évidence la grande disparité des pratiques entre organismes complémentaires. Sur 17 organismes passés au crible, l'inflation médiane va de 0% à 8,5%. Muta Santé, Pro BTP, la Mutuelle Générale et la MNH ont augmenté leurs tarifs de moins de 3%, tandis qu'Adrea Mutuelle, Klesia, Swiss Life et Malakoff Humanis approchent ou dépassent les 7% d'inflation médiane.

L'UFC estime que les hausses les plus marquées ne sauraient être justifiées par l'environnement s'imposant aux complémentaires (déploiement final du 100% santé aux audioprothèses depuis le 1er janvier, mise en place d'une "taxe covid" d'un milliard d'euros en 20214, pour compenser les 2,2 milliards d'euros économisés sur leurs remboursements en raison de l'épidémie de Covid-19).

La taxe Covid a bon dos

Les complémentaires "les plus vertueuses" n'ont en effet pas fait monter leur prix. "Tout laisse donc à penser que certains organismes ont délibérément choisi de répercuter sur les assurés la " taxe covid ", alors même que son montant est inférieur aux économies réalisées !", dénonce l'association.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.