Concurrence: BMW s'attend à une amende moins élevée que prévu de la part de Bruxelles

Concurrence: BMW s'attend à une amende moins élevée que prévu de la part de Bruxelles
Le stand BMW au salon automobile de Bangkok, le 26 mars 2021

AFP, publié le vendredi 21 mai 2021 à 07h52

Le constructeur allemand BMW a déclaré jeudi qu'il s'attendait à une amende moins élevée que prévu initialement de la part des autorités européennes alors qu'il est soupçonné de s'être entendu avec d'autres constructeurs pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes.

Le constructeur allemand BMW a déclaré jeudi qu'il s'attendait à une amende moins élevée que prévu initialement de la part des autorités européennes alors qu'il est soupçonné de s'être entendu avec d'autres constructeurs pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes.

BMW a mis de côté environ 1,4 milliard d'euros (1,7 milliard de dollars) en 2019 pour une amende potentielle, mais dans une annonce surprise, il a déclaré jeudi qu'il s'attendait maintenant à ce que la pénalité soit d'environ un milliard d'euros de moins que prévu.

"Sur la base de l'avancement de la procédure, BMW AG s'attend (...) à ce que la Commission européenne réduise considérablement ses allégations contre BMW AG en termes de contenu et de durée", a expliqué l'entreprise.

"Cette réévaluation se traduira par un effet positif sur les bénéfices d'environ un milliard d'euros au deuxième trimestre 2021", a-t-il ajouté.

En conséquence, BMW a déclaré qu'il relevait ses perspectives de marge d'excédent brut d'exploitation pour l'ensemble de l'année d'"environ un point de pourcentage" concernant son segment automobile. Il prévoyait auparavant une marge avant impôt de 6 à 8%.

Bruxelles ouvert une enquête il y a deux ans, soupçonnant BMW, Volkswagen et Daimler de s'être entendus illégalement afin de restreindre la concurrence entre eux sur les technologies visant à réduire les émissions nocives, ce qui a pu retarder des avancées.

Ces allégations ne sont pas liées au scandale du "dieselgate" de 2015, qui a éclaté lorsque Volkswagen a admis avoir truqué des millions de véhicules pour tromper les tests d'émissions.

Le groupe BMW, qui comprend également les marques Mini et Rolls Royce, a annoncé au début du mois un bénéfice net de 2,8 milliards d'euros pour le premier trimestre, alors que les ventes mondiales de voitures se sont redressées après le choc du coronavirus de l'année dernière. 

La firme munichoise a confirmé jeudi qu'elle s'attendait à "une augmentation significative" de son bénéfice avant impôts pour 2021.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.