Confinement national : l'inquiétude du patronat

Confinement national : l'inquiétude du patronat©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 01 avril 2021 à 11h25

Ce confinement "doit être le dernier", écrit sur Twitter le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.

Ce confinement "doit être le dernier", écrit sur Twitter le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.

Les nouvelles restrictions annoncées mercredi par Emmanuel Macron pour tenter d'endiguer la troisième vague de l'épidémie de COVID-19 en France inquiètent le patronat... "Ce nouveau confinement va être terrible pour les secteurs fermés. Ce doit être le dernier... Ouvrons les tous le 15 mai !", a commenté sur Twitter mercredi soir le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.

De son côté, la CPME (Confédération des petits et moyennes entreprises) a prévenu jeudi que ces mesures "auront des conséquences importantes pour de très nombreuses entreprises, et ce, bien au-delà des 150.000 commerces déjà fragilisés, qui devront à nouveau garder le rideau baissé". "On peut légitimement s'interroger sur la pertinence de ces mesures dans lesdépartements qui connaissent un taux quasi inexistant de circulation du virus", observe la CPME dans un communiqué.

Le président de la République a notamment annoncé l'élargissement à l'ensemble du territoire métropolitain de la fermeture des commerces non-essentiels et celle des établissements scolaires pour trois semaines. Au total, 150.000 commerces vont devoir fermer leurs portes. Face à ces inquiétudes, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a assuré dans un communiqué publié mercredi soir que le gouvernement "continuer(ait) de tout faire pour protéger les salariés et les entreprises".

Les aides se poursuivent

L'Etat continuera donc de rembourser aux entreprises les salaires versés à leurs employés en chômage partiel jusqu'au 30 avril, à 100% pour les secteurs les plus sinistrés soumis à une fermeture durable et à 85% pour les autres secteurs.

"Suite à la fermeture des établissements scolaires et des crèches, les salariés dans l'impossibilité de télétravailler pourront également bénéficier de l'activité partielle pour garder leurs enfants", est-il aussi précisé dans le communiqué du ministère du travail.

Conséquence de la fermeture de 150.000 commerces non-essentiels: "hors garde d'enfants, nous aurons probablement un million de salariés de plus en activité partielle soit environ 600 millions d'euros de coût supplémentaire", indique-t-on jeudi au ministère du Travail...

Garde d'enfant

L'impact du dispositif d'activité partielle pour garde d'enfant est en revanche impossible à estimer dans l'immédiat, a précisé le ministère en évoquant une réunion d'organisation vendredi avec les partenaires sociaux.

"Selon les options qui seront retenues, cela pourrait aller jusqu'à un milliard d'euros de plus", observe-t-on au ministère du Travail.

Plus largement, le ministère de l'Economie et des Finances a estimé à 11 milliards d'euros les dépenses mensuelles pour couvrir le fonds de solidarité, le chômage partiel et les exonérations de charges.

Des réouvertures mi-mai ?

Un point positif : la perspective dessinée par le président de la République d'une réouverture de certaines activités le mois prochain, après un an de restrictions destinées à lutter contre une épidémie qui a fait près de 96.000 morts en France.

Ainsi, la CPME "se félicite qu'une date, même lointaine, ait enfin été annoncée sur la réouverture mi-mai des 'lieux de rencontre, de culture, les restaurants, les cafés'. Cette perspective suscite enfin de l'espoir."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.