Conflans : les réseaux sociaux invités à prendre leurs responsabilités

Conflans : les réseaux sociaux invités à prendre leurs responsabilités
Facebook, contenu haineux

Boursier.com, publié le mardi 20 octobre 2020 à 09h52

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa reçoit les représentants ou dirigeants France de Facebook, Twitter, Google (pour Youtube), Tiktok et Snapchat.

Les réseaux sociaux sont invités en France à "prendre leurs responsabilité" face aux incitations à la haine et à la violence, après l'assassinat de Samuel Paty.

Le professeur d'histoire-géographie a été tué vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) par un extrémiste islamiste. Avant le drame, il a été la cible d'une campagne de dénigrement en ligne pour avoir présenté des caricatures de Mahomet dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression.

Schiappa reçoit les patrons des réseaux

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa doit recevoir les représentants ou dirigeants France de Facebook, Twitter, Google (pour Youtube), Tiktok et Snapchat.

Elle a jugé mardi matin sur RTL qu'il serait "trop simple de jeter des anathèmes". "Le responsable de l'assassinat de Samuel Paty, c'est son assassin et c'est ensuite l'idéologie islamiste. Cette idéologie islamiste, comment elle se propage ? Aujourd'hui, elle se propage beaucoup sur les réseaux sociaux".

Lutte contre le cyberislamisme

"Nous sommes résolus au gouvernement à intensifier la lutte contre le cyberislamisme. Nous sommes au travail avec le garde de Sceaux et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, d'abord sur les évolutions législatives, mais surtout sur les pratiques", a-t-elle poursuivi.

Pharos, la plate-forme de la police et de la gendarmerie chargée de recueillir les signalements de contenus et de comportements illicites sur internet, a supprimé plus 3.000 contenus à caractère terroriste ou islamiste et déréfencés plus de mille site, "mais ce n'est pas son rôle de faire la modération sur les réseaux sociaux", a souligné la ministre. "Moi, je veux que les réseaux sociaux prennent leur responsabilités", a-t-elle ajouté.

Dupont-Moretti contre l'anonymat en ligne

Le ministre de la Justice s'est quand à lui prononcé contre l'anonymat en ligne, sans recommander son interdiction. "A titre personnel, je suis totalement contre, mais il y a aussi la protection d'une liberté d'expression (...) et on peut aussi envisager qu'on ait la possibilité de s'exprimer anonymement. L'anonymat, ce n'est pas forcément significatif de haine", a déclaré Eric Dupont-Moretti sur Franceinter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.