Consommation: les distributeurs à l'assaut des centres-villes

Chargement en cours
Dans les centres-villes, et notamment à Paris, les enseignes de grande distribution cherchent à être au plus près du consommateur
Dans les centres-villes, et notamment à Paris, les enseignes de grande distribution cherchent à être au plus près du consommateur
1/3
© AFP, PHILIPPE HUGUEN

AFP, publié le mardi 27 mars 2018 à 14h26

Livraison à domicile, restauration sur place, ouverture 24H/24... Dans les centres-villes, et notamment à Paris, les enseignes de grande distribution rivalisent d'initiatives pour se démarquer de la concurrence, avec l'objectif affiché d'être au plus près du consommateur.

La capitale est même devenue le foyer de la bataille que se livrent les distributeurs pour se tailler la part du lion. Lundi, Leclerc y débarquait avec un service de livraison à domicile, quand Monoprix annonçait une alliance inédite avec Amazon pour proposer ses produits alimentaires aux clients du service de livraison express (en moins de deux heures) du géant américain.

Dans les centres-villes, et notamment à Paris, les enseignes de grande distribution veulent être au plus près du consommateur"La proximité avec les consommateurs est redevenue pertinente, d'où le retour du commerce dans les centres-villes avec des formats plus réduits (les supérettes et les supermarchés, NDLR) et une offre aussi large que possible", souligne auprès de l'AFP Olivier Salomon, spécialiste de la distribution et directeur au sein du cabinet de conseil AlixPartners.

Une tendance liée, selon lui, aux évolutions de consommation des Français, qui cherchent à optimiser au mieux leur temps.

"C'est particulièrement vrai dans les grandes villes et à Paris", abonde M. Salomon, alors que parallèlement, le modèle de l'hypermarché est de plus en plus remis en question.

Le phénomène parisien est même "spécifique", car la ville a été verrouillée par les deux géants de la distribution que sont Carrefour (avec ses enseignes Carrefour, City, Express, etc.) et Casino (Casino, Franprix, Monoprix...) analyse pour sa part Yves Marin, expert consommation au sein du cabinet Wavestone, interrogé par l'AFP. 

Dans ce paysage, la livraison s'affiche comme un marché de plus en plus porteur pour les enseignes. "L'arrivée du numérique et des standards de consommation imposés par Amazon ont changé les attentes des consommateurs", souligne l'expert, en particulier sur la livraison à domicile.

- Lieu de vie -

La livraison express est même devenue un argument pour des citadins pressés, certaines enseignes, comme Carrefour, promettant la livraison à domicile en une heure.

Mais ce type de livraison "va de pair avec les difficultés logistiques", comme trouver une place de parking, ou celles liées au transport de produits frais, "d'où le fait qu'une multitude de solutions ont commencé à émerger", complète M. Salomon.

Comme par exemple les "drive piétons" promis par Leclerc en 2020 à Paris, qui permettent au consommateur ne disposant pas de voiture de récupérer ses courses commandées sur internet dans un magasin de centre-ville.

Pour contrer Leclerc, Carrefour se lance aussi sur ce créneau, en misant début avril sur la ville de Lyon avant de se déployer dans la capitale.  

"C'est la logique de la marchandise qui vient le plus près possible du client", analyse Yves Marin, "avec un éclatement du modèle économique basé sur le magasin physique".

Les réseaux physiques ne sont pas pour autant en reste et ont misé ces dernières années sur une multitude de services, entre le supermarché et la restauration sur place.

Ainsi, Carrefour a lancé en 2015 son enseigne dédiée au grignotage "Bon App", venue concurrencer les Monop'Daily. Franprix propose quant à lui des espaces pour manger, avec des rôtisseries, des quiches ou encore des pizzas, en mettant à disposition des micro-ondes. L'enseigne a même annoncé lundi l'ouverture 24H/24 d'un de ses magasins parisiens, en laissant la place à partir de 21H00 aux caisses automatiques.

"Quand on est distributeur et qu'on a un actif, notamment par rapport aux acteurs de l'internet, l'objectif est de valoriser au mieux ce réseau et faire en sorte que le point de vente soit un lieu de vie aussi attractif que possible, où le consommateur va pouvoir trouver une multitude de choses", conclut Olivier Salomon.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Consommation: les distributeurs à l'assaut des centres-villes
  • avatar
    DITES-MOI -

    Un moyen de plus pour isoler l'individu...
    Moins de contact humain, moins de dialogue, entre ça et l'interdiction de draguer ouvertement, Chacun devra se débrouiller,avec son clavier, ses selfies,
    Bientôt, il suffira d'attendre que le livreur oit parti pour récupérer son panier devant sa porte d'entrée!Un dring d'interphone pour tout contact!
    je déteste de plus en plus cette vie, qui nous est imposée, à l'insu de notre plein gré!
    Vive la petite boulangère qui vous demande comment vous allez, l'épicière qui vous sourit, le boucher ,qui, dès votre entrée, sait ce que vous aimez, le petit marché aux légumes où la vedette, c'est vous, le temps de vous servir!
    Et même le policier municipal, à qui vous serrez la main... la VRAIE vie, quoi! (J'ai passé les 80 ans:)

  • avatar
    ajlbn -

    référence à l'article :
    A l'Assemblée, les Insoumis mettent à l'affiche leurs propositions
    Statut : refusé --Il y a 5 minutes
    Que de haines contre la France Insoumise! Du moins de la part des tenants du libéralisme, de la mondialisation sans contrainte, des serviteurs du patronat, et des soutiens à une politique de casse du tissu social, et industrieux, de la Nation! Les cellules de réponses formatées sont à la manœuvre. Les propositions de ce mouvement, et de la vraie gauche, sont de bon sens, et ont le soutien d'une large part de l'opinion. Mais le réflexe de caste fait que tous les amendements sont rejetés. Il faut laminer l'opposition, comme le pouvoir a voulu détruire les syndicats! Ce n'est plus la démocratie, c'est le mépris pour une partie non neutre de la représentation nationale, et pour ceux , majoritaires, de fait, qui n'ont pas voté Macron, ou qui ont voté contre la châtelaine Le Pen.- 260- fois censuré-repassé
    Ce commentaire, qui respecte la charte, qui ne contient pas d'insulte, de grossièreté, de racisme, de haine, de majuscule, est rejeté systématiquement par un modérateur plus militant que modéré! Et ce depuis 260 fois! C'est dire la volonté de ce personnage de faire obstruction, d'user d'ostracisme à mon endroit, et de participer, à son niveau, pour museler toute opinion non conforme au dogme de la nouvelle religion! Cette personne joue les montre, car le 29 mars, le site sera fermée "pour travaux". Mais dès l'ouverture du nouveau, je redépose une copie, et ce autant de fois que nécessaire. Vive la Liberté d'expression, et non à la dictature de la pensée unique!

    avatar
    bougetesneuronnes -

    Un seul mot, bravo

    avatar
    calinot78 -

    Guy Béart avait tout compris: "le premier qui dit la vérité....." Tenez bon!