Contrat "JEDI" : Amazon sort le sabre laser contre Donald Trump

Contrat "JEDI" : Amazon sort le sabre laser contre Donald Trump
Star Wars Lucas Films

Boursier.com, publié le mardi 10 décembre 2019 à 20h38

Amazon, privé d'un méga-contrat avec le Pentagone, baptisé "JEDI", accuse le président américain Donald Trump d'avoir fait pression pour l'écarter au profit de son rival Microsoft.

Il porte un nom évocateur, "JEDI", mais il s'agit d'un contrat informatique avec le Pentagone, et la guerre qu'il a déclenché ne se déroule pas dans les étoiles, mais sur terre, entre un géant d'internet et la Maison Blanche...

Ainsi, selon un document judiciaire qui vient d'être rendu public, Amazon accuse nommément le président Donald Tump, d'avoir fait pression pour écarter le groupe de ce méga-contrat avec le Pentagone, qui a été remporté en octobre dernier par son rival Microsoft.

Ce n'est pas un secret que Donald Trump a pris en grippe Jeff Bezos, le patron et fondateur d'Amazon. Le président américain accuse le 'Washington Post', quotidien américain dont Bezos est le propriétaire, de mener campagne contre lui. Trump a aussi ironisé publiquement au sujet du divorce de Jeff Bezos en avril dernier.

Amazon, leader mondial incontesté du "cloud"

Le "JEDI" (Joint Enterprise Defense Infrastructure) est un méga-contrat de 10 milliards de dollars sur 10 ans, qui porte sur la modernisation de toute l'infrastructure informatique de l'armée américaine, en s'appuyant sur le "cloud computing" (informatique dématérialisée), dont Amazon est le pionnier et le leader mondial. Sa division "cloud", Amazon Web Service (AWS) détient un tiers des parts de marché mondial, contre 14,5% pour Microsoft et 5,6% pour Google.

Le patron d'Amazon, Jeff Bezos, a très mal vécu cet échec, et a porté l'affaire en justice, déposant plainte contre le département américain à la Défense. Le document judiciaire d'une centaine de pages publié lundi, stipule que Donald Trump a "mené de manière répétée des attaques publiques et en coulisses" pour qu'Amazon n'obtienne pas le contrat JEDI.

Le groupe de Seattle ajoute que l'inimitié de Donald Trump envers le patron d'Amazon Jeff Bezos, "perçu comme un ennemi politique", a joué un rôle conséquent dans la décision du Pentagone.

Vendetta personnelle de Trump contre Bezos ?

"Le président des Etats-Unis et commandant en chef de notre armée s'est servi de son pouvoir pour 'dégager Amazon' du contrat JEDI dans le cadre d'une vendetta personnelle et hautement médiatisée contre M. Bezos, Amazon et le Washington Post", affirme encore le document.

Dans sa plainte, Amazon demande au Pentagone de "réévaluer les offres de manière juste et sans influence inappropriée, directe ou indirecte". "La question à se poser est la suivante : le président des Etats-Unis devrait-il être autorisé à utiliser le budget du ministère de la Défense à des fins personnelles et politiques ?", interroge le groupe.

En début d'année, une vive querelle avait opposé Jeff Bezos (l'homme le plus riche de la planète) à l'hebdomadaire à scandale National Enquirer, qui avait révélé sa liaison extraconjugale peu avant l'annonce officielle de son divorce. Donald Trump avait alors tweeté méchamment : "Vraiment désolé de voir Jeff Bozo (sic) descendu par un concurrent dont le reportage est bien plus exact que celui de son journal lobbyiste, l'Amazon Washington Post. Espérons que ce journal sera bientôt entre des mains plus responsables".

Le Pentagone campe sur ses positions

Pour l'instant, le Pentagone campe sur ses positions au sujet de "JEDI", assurant que sa décision a été prise "conformément au processus normal de sélection des sources", et qu'aucune pression extérieure n'a été exercée.

Si ce contrat revêt une telle importance, c'est non seulement à cause de son montant faramineux, mais aussi parce qu'il ouvre la voie à de nombreux autres potentiels contrats de ce type avec l'administration américaine, qui n'en est qu'au début du processus de modernisation de ses systèmes informatiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.