Contre le Covid-19, l'Europe va lever 25 MdsE et assouplir ses règles

Contre le Covid-19, l'Europe va lever 25 MdsE et assouplir ses règles©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 10 mars 2020 à 23h05

Alors que les conséquences économiques du coronavirus commencent à peser sur l'économie mondiale, l'Union européenne a décidé mardi de créer un fonds de 25 milliards d'euros pour soutenir l'activité de la région.

Les dirigeants de l'Union européenne préparent leur riposte économique face au coronavirus. A l'issue d'un sommet européen extraordinaire, tenue par vidéoconférence en raison de l'épidémie, ils ont annoncé mardi soir la mise en place d'un fonds d'investissement doté au total de 25 milliards d'euros. En outre, l'UE va assouplir les règles financières imposées à ses membres afin d'affronter cette période de crise...

"Une application souple des règles de l'UE en particulier concernant les aides d'Etat et le Pacte de stabilité et de croissance (qui encadre les déficits budgétaires : ndlr) sera nécessaire", a ainsi indiqué le président du Conseil européen, Charles Michel, à l'issue de ce sommet européen.

De son côté, Emmanuel Macron a affirmé que les pays de l'Union européenne sont "prêts à prendre", tous ensemble, "les mesures indispensables" pour "éviter toute forme d'instabilité financière et économique" provoquée par la crise du coronavirus. Le président français a aussi souhaité que les 27 prennent des décisions pour que "la contrainte budgétaire" ne soit "pas un rempart" à d'éventuelles mesures pour soutenir l'économie.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a assuré qu'elle allait utiliser "tous les instruments à disposition" pour soutenir les économies affectées par l'épidémie de nouveau coronavirus. Elle a annoncé la mise en place d'un "fonds d'investissement en réponse au coronavirus", doté de 25 MdsE, qui sera destiné aux systèmes de santé, aux petites entreprises, au marché du travail et aux "secteurs vulnérables de notre économie".

"Nous ferons usage de toute la flexibilité qui existe dans le pacte de stabilité et de croissance", a-t-elle assuré, promettant d'apporter "des idées concrètes devant l'Eurogroupe qui se réunit lundi".

Pour que le fonds puisse atteindre 25 MdsE très rapidement, "je demanderai au Conseil et au Parlement cette semaine de débloquer 7,5 MdsE de liquidités", a précisé Ursula von der Leyen, qui mettra en place un groupe de travail pour s'assurer "que l'argent arrive dans les prochaines semaines".

Rome va consacrer 7,5 MdsE à la lutte contre l'épidémie

L'Italie, pays européen le plus touché par le coronavirus, a d'ores et déjà annoncé un plan d'aide extraordinaire de 7,5 milliards d'euros pour contrer la propagation de coronavirus et atténuer ses répercussions économiques. Une mesure qui fera monter son déficit budgétaire de 2,2% à 2,5% de son PIB en 2020.

La Commission européenne a toutefois indiqué à l'Italie que ses "aides ponctuelles" liées à la lutte contre le Covid-19 seraient exclues de l'évaluation du déficit du pays, ce qui pourrait ouvrir la voie à des plans de relance dans d'autres pays de la zone euro.

Un plan de soutien budgétaire en préparation aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, l'administration Trump prépare elle aussi un plan de soutien à son économie, a annoncé lundi soir le président Donald Trump, promettant des actions "très spectaculaires". La perspective de ce plan a entraîné mardi un vif rebond de la Bourse de New York, même si les détails de ce plan restaient flous mardi soir. Le président et son entourage travaillent à des allègements de charges et de taxes sur les salaires, ainsi que sur des prêts en soutien aux entreprises des secteurs les plus affectés comme les croisières, les compagnies aériennes et le tourisme.

Dans une déclaration à la presse, Donald Trump a appelé mardi soir au calme face au Covid-19. "Cela va s'en aller. Restez calme. Cela va s'en aller", a-t-il dit, après sa rencontre au Capitole avec des parlementaires républicains. "Nous voulons protéger notre secteur maritime, notre secteur des croisières, les navires de croisière. Nous voulons protéger notre secteur aérien", a-t-il ajouté dans entrer dans les détails.

En fin de semaine dernière, le Congrès américain et Donald Trump avaient déjà débloqué une aide d'urgence de 8,3 milliards de dollars pour le traitement et la prévention du coronavirus. Cette enveloppe prévoit notamment de financer la recherche et le développement de vaccins, de traitements médicaux et en matière de diagnostic, ainsi que les services médicaux à distance ou des prêts à taux réduits pour les petites entreprises.

Les banques centrales à la manoeuvre

Alors que la classe politique se mobilise pour gérer la crise sanitaire et soutenir l'économie, les banques centrales ont aussi commencé à agir pour atténuer les effets négatif de de l'épidémie sur la croissance économique. La banque centrale chinoise, en première ligne face au coronavirus, a pris de nombreuses mesures d'assouplissement depuis janvier, et plusieurs banque centrales, notamment en Australie et en Malaisie, ont baissé leurs taux.

Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale américaine a frappé fort, en annonçant le 3 mars une baisse surprise d'un demi-point de son principal taux directeur, ramené entre 1% et 1,25%, sans attendre sa réunion de 17 et 18 mars. Les marchés spéculent déjà sur une nouvelle baisse des taux le 18 mars, certains tablant même sur des taux à zéro dans quelques mois si la crise s'aggrave.

La BCE de son côté, se réunira ce jeudi et a déjà fait savoir qu''elle était "prête à prendre les mesures appropriées" face à l'impact économique de l'épidémie. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a lui aussi affirmé la semaine dernière que la BCE était "prête à prendre les mesures appropriées" , mais il avait appelé les gouvernements qui disposent de marges budgétaires a agir pour soutenir leur croissance.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.