Coronavirus : 1.770 morts en Chine continentale, l'OMS prudente sur l'évolution

Coronavirus : 1.770 morts en Chine continentale, l'OMS prudente sur l'évolution
Membres d'équipe de Thai Airways à l'aéroport Suvarnabhum de Bangkok durant l'épidémie du nouveau coronavirus chinois.

Boursier.com, publié le lundi 17 février 2020 à 10h26

L'épidémie ne semble pas avoir atteint son pic, et la fermeture de nombreuses usines et entreprises chinoises pourrait avoir d'importantes répercussions économiques et plonger notamment le Japon et Singapour en récession.

Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale s'est encore alourdi en Chine ces dernières heures. Sur l'ensemble de la Chine continentale, les autorités sanitaires ont rapporté lundi 105 décès supplémentaires survenus dimanche, portant à 1.770 le nombre de cas mortels du virus.

Les autorités sanitaires du Hubei ont annoncé avoir répertorié 100 décès supplémentaires liés au virus, ce qui alourdit le bilan à 1.696 morts dans la province depuis le début de l'épidémie. Elles ont indiqué avoir recensé 1.933 cas de contamination supplémentaires.

Des représentants chinois ont pourtant estimé dimanche que les efforts de Pékin pour limiter la propagation du virus commençaient à porter leurs fruits, citant la diminution des cas répertoriés pendant deux jours. Parmi les dizaines de milliers de patients infectés en Chine continentale, 10.844 personnes ont été soignées et ont pu quitter l'hôpital.

"Impossible de prévoir quelle direction l'épidémie prendra"

Mais l'Organisation mondiale de la santé se veut plus prudente, et a averti ces dernières heures que la propagation du coronavirus reste "impossible à prévoir". "Nous demandons à tous les gouvernements, toutes les sociétés et tous les organismes de presse de travailler avec nous pour déclencher le niveau d'alarme idoine sans souffler sur les braises de l'hystérie", a déclaré le chef de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, à la conférence de Munich sur la Sécurité.

Hors de Chine, plus de 500 cas de contamination ont été confirmés. Cinq décès liés au coronavirus ont été signalés, dont un en France - le premier hors d'Asie. La plupart des personnes porteuses du virus ont voyagé en Chine.

Le pic ne semble pas atteint

L'épidémie ne semble pas avoir atteint son pic, et la fermeture de nombreuses usines et entreprises chinoises pourrait avoir d'importantes répercussions économiques et plonger notamment le Japon et Singapour en récession. Dans toute la Chine, de nombreuses usines sont restées fermées au-delà des festivités du Nouvel an lunaire, perturbant les chaînes d'approvisionnement à travers le monde.

L'agence de notation Moody's a revu à la baisse sa prévision de croissance de l'économie chinoise pour cette année, à 5,2%. A Tokyo, l'indice Nikkei a cédé 0,7% après la publication de données officielles faisant état d'une contraction de l'économie japonaise de 6,3% sur la période octobre-décembre, alimentant les craintes d'une récession de la troisième puissance économique mondiale.

Singapour plus prudent sur ses perspectives

Singapour, dépendant des exportations, a revu à la baisse lundi ses perspectives pour 2020, avec un objectif entre -0,5% à 1,5% de croissance, contre +0,5% à +2,5% auparavant. La ville-Etat a recensé 75 cas de contamination au coronavirus.

Les 122 rapatriés français de Wuhan ont commencé à quitter dimanche le centre de vacances dans la région de Marseille dans lequel ils étaient confinés, après la fin de leur quarantaine.

Un avion affrété par les Etats-Unis pour rapatrier des ressortissants présents à bord du navire de croisière Diamond Princess, placé en quarantaine au large du port japonais de Yokohama, devait quitter le Japon dimanche.

Des ressortissants du Canada, d'Italie, de Corée du Sud et de Hong Kong devraient à leur tour être évacués sous peu du navire de croisière, plus important foyer de contamination hors de Chine avec 355 personnes à son bord porteuses du virus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.