Coronavirus : 11,3 millions de personnes au chômage partiel

Coronavirus : 11,3 millions de personnes au chômage partiel©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 29 avril 2020 à 09h49

En France, plus d'un salarié sur deux est désormais concerné par le chômage partiel, qui doit être prolongé jusqu'en juin.

11,3 millions de Français sont désormais au chômage partiel, en raison de la baisse d'activité liée à la pandémie de coronavirus. C'est le chiffre que vient d'annoncer la ministre du Travail Muriel Pénicaud, interrogée ce mercredi sur 'France Inter'. Cela représente "plus d'un salarié sur deux du secteur privé et plus d'une entreprise sur deux", a-t-elle détaillé.

Concernant le coût de cette mesure, estimé à 24 milliards d'euros, la ministre a expliqué que "l'Unedic allait devenir la plus grosse dette de l'Etat, et elle est garantie par l'Etat"

"Le 1er juin n'est pas un couperet"

Concernant la prise en charge, Edouard Philippe avait précisé, lors de la présentation du plan de déconfinement, que les mesures de chômage partiel seront prolongées jusqu'en juin et que l'Etat "adaptera" le dispositif. Sur 'RTL' ce mercredi, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a tenu à préciser que "le chômage partiel va accompagner ce déconfinement".

.@murielpenicaud, ministre du Travail : "Ce matin, ce sont 11,3 millions de salariés, et 890 000 entreprises, qui sont protégés par le chômage partiel, c'est-à-dire que l'entreprise fait l'avance et c'est l'État qui paie leur salaire" #Le79Inter pic.twitter.com/kERy2S72ga
- France Inter (@franceinter)

De son côté, Muriel Pénicaud a également souligné que le "le 1er juin n'est pas un couperet". "Nous avons quelques semaines nous organiser, pour commencer à relancer l'économie, indispensable", mais "il va y avoir un taux de prise en charge de l'Etat moins important, ça va être progressif, en douceur", a-t-elle détaillé.

Maintien du dispositif pour les parents

La ministre du Travail a par ailleurs confirmé le maintien du dispositif d'activité partielle pour les parents actuellement en arrêt de travail pour garde d'enfants, au mois de mai. Pour rappel, entre le 15 mars et jusqu'au 1er mai, ces parents bénéficient d'indemnités journalières via un arrêt maladie. Ils vont ainsi basculer au 1er mai dans un système de chômage partiel.

"Le système restera en l'état tout le mois de mai", a dit la ministre. "A partir du 1er juin, il faudra une attestation de l'école", a-t-elle ajouté. Egalement interrogée sur l'assurance chômage, Muriel Pénicaud a confirmé qu'il "fallait regarder s'il y avait des règles à adapter".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.