Coronavirus : Airbnb s'attaque aux "locations festives"

Coronavirus : Airbnb s'attaque aux "locations festives"
Airbnb, mairie de Paris...

Boursier.com, publié le vendredi 13 novembre 2020 à 09h52

La bamboche, c'est terminé !

Les Français ne se plient pas tous aux règles du confinement, et Airbnb en fait les frais !... La plateforme a pu observer que des récalcitrants louaient des appartements en ligne, pour se réunir et faire la fête. Conséquence : près de 900 annonces ont été supprimées ou suspendues en France en application d'une politique de "tolérance zéro", annonce le groupe.

"Ces annonces ont notamment fait l'objet de plaintes ou de violations de ses politiques relatives aux fêtes et aux événements non-autorisés, explicitement interdits depuis le 20 août dernier sur Airbnb", indique la plateforme.

Des demandes de réservation bloquées

Airbnb a également bloqué plus de 30.500 demandes de réservationsen France entre mi-août et mi-septembre, conformément aux restrictions mises en oeuvre pour restreindre la possibilité pour des personnes âgées de moins de 25 ans de louer des logements entiers près de leur domicile.

"Nous ne voulons laisser planer aucun doute quant à la fermeté de notre politique de tolérance zéro vis-à-vis des comportements inappropriés sur notre plateforme", déclare Patrick Robinson, directeur des affaires publiques Europe d'Airbnb. "Alors que la France fait face à un nouveau confinement, notre priorité est de faire le nécessaire pour assurer la sécurité de toutes et tous", ajoute-t-il...

On ne desserre pas la bride

"Ce n'est certainement pas le moment pour desserrer la bride" dans la lutte contre le COVID-19, a estimé de son côté Jean Castex. Le Premier ministre a confirmé hier soir que le confinement destiné à freiner l'épidémie de COVID-19 durerait au moins jusqu'au 1er décembre. "Il serait irresponsable de lever ou même d'alléger le dispositif dès maintenant", a-t-il déclaré devant la presse, quelques heures après une réunion du Conseil de défense et de sécurité nationale autour d'Emmanuel Macron à l'Elysée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.