Coronavirus: annulation de la foire agricole de Châlons-en-Champagne, 2e plus importante de France

Coronavirus: annulation de la foire agricole de Châlons-en-Champagne, 2e plus importante de France
La foire agricole de Châlons-en-Champagne le 28 août 2016

AFP, publié le lundi 17 août 2020 à 10h48

La 74e foire agricole de Châlons-en-Champagne a été annulée lundi après le refus du préfet de la Marne d'accorder une dérogation de plus de 5.000 participants par jour en raison de l'épidémie de coronavirus, a annoncé lundi le commissaire général de l'événement.

Deuxième foire agricole de France après le Salon de l'agriculture, poumon économique en Champagne-Ardenne et traditionnel carrefour politique de la rentrée, elle devait se tenir du 4 au 14 septembre, avec près de 750 exposants.

L'édition 2019 de la foire de Châlons avait attiré plus de 250.000 personnes sur dix jours, selon les chiffres communiqués par les organisateurs.

"Moins de deux semaines après avoir eu la confirmation de la réouverture des foires et salons sans jauge limite, nous sommes devant un mur d'incompréhension", a déclaré Bruno Forget, commissaire général de la foire, déplorant être victime "du diktat de la technostructure parisienne".

"C'est la mort dans l'âme que nous devons annuler cette édition", avait indiqué un peu plus tôt M. Forget par SMS adressé aux  partenaires de la foire.

"Nos espoirs d'une dérogation ont été vains malgré, jusqu'au bout, des tentatives de persuasion. Nous sommes effondrés de cette situation en pensant aux exposants et à tous ces milliers de jeunes qui avaient rendez-vous avec des professionnels pour se rassurer sur leur avenir", poursuit-il.

Le préfet de la Marne Pierre N'Gahane avait fondé vendredi sa décision de refus de dérogation sur trois raisons: "l'épidémie qui semble repartir avec un nombre de jeunes asymptomatiques croissant, un sens de circulation difficile à organiser tout en respectant les règles de distanciation et l'organisation de concerts où plusieurs milliers de personnes sont présentes".

Le commissaire général veut encore croire -un petit peu- au miracle. "S'il subsiste un infime espoir, vous imaginez bien que je le saisirai. Réponse définitive lundi ou mardi", écrit-il dans son SMS. "Mais cela sent le roussi pour cette édition", affirme-t-il à l'AFP.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.