Coronavirus : bientôt 100.000 cas par jour aux USA, si rien n'est fait ?

Coronavirus : bientôt 100.000 cas par jour aux USA, si rien n'est fait ?
Etats-Unis Washington drapeau

Boursier.com, publié le mardi 30 juin 2020 à 23h08

Alors que la Bourse américaine vient de signer son meilleur trimestre depuis des décennies dans l'espoir d'une reprise économique rapide, le professeur Anthony Fauci a mis en garde contre la récente flambée du coronavirus aux Etats-Unis.

L'épidémie de coronavirus continue d'accélérer aux Etats-Unis, remettant en cause la réouverture des activités économiques de nombreux Etats. Mardi, l'infectiologue Anthony Fauci a tiré la sonnette d'alarme, tandis que le patron de la banque centrale, Jerome Powell, a souligné que l'avenir est "extraordinairement incertain" tant que la pandémie n'est pas enrayée.

Le professeur Fauci, un expert en santé publique très respecté aux Etats-Unis, a été auditionné mardi devant une commission du Sénat, où il a estimé que le nombre d'infections au Covid-19 pourrait passer d'environ 40.000 par jour actuellement à 100.000 si des mesures fermes ne sont pas prises rapidement.

Plus de 126.500 décès aux Etats-Unis

Le Pr Fauci a estimé que de nombreux Etats ont rouvert trop rapidement leurs activités et que les citoyens n'ont pas respecté les règles de distanciation sociale indispensables pour empêcher la contagion du virus. "Je ne serais pas surpris si nous atteignions 100.000 cas par jour si on ne renverse pas la tendance", a-t-il déclaré lors de cette audition. "Je suis très inquiet car cela pourrait bien empirer".

Le coronavirus a désormais fait plus de 126.500 décès aux Etats-Unis pour plus de 2,61 millions de cas. Au niveau mondial, plus de 10,37 millions de personnes ont été infectées par le Covid-19 et plus de 508.000 sont décédées, selon les statistiques de l'université américaine Johns Hopkins éditées mardi soir.

Alors que les Etats de l'Est et du Nord des Etats-Unis continuent d'enregistrer une amélioration de leur situation sanitaire, les Etats du Sud et de l'Ouest font face depuis début juin à une brusque accélération de l'épidémie de coronavirus, qui alimente les polémiques sur un déconfinement trop rapide.

Wall Street parie sur un rebond rapide de la croissance

Au Texas, devenu le nouvel épicentre de l'épidémie aux Etats-Unis, les services de santé sont proches de la saturation, tandis que la situation est difficile en Floride, en Arizona, en Californie et en Caroline du Nord et du Sud. Désormais, 16 Etats sur 50 ont dû ralentir ou interrompre la réouverture de leurs économies face à la flambée de nouveaux cas de Covid-19. Quant aux Etats de l'Est, comme New York et le New Jersey, ils ont pris des mesures pour placer en quatorzaine les personnes en provenance des Etats où le virus circule activement.

Malgré ce contexte sanitaire incertain, la Bourse de New York a bouclé ce mardi son meilleur trimestre depuis des décennies, les marchés financiers pariant sur une reprise économique rapide à partir du second semestre 2020. Depuis le 31 mars, le Dow Jones a ainsi rebondi de 17,7%, le S&P 500 a repris 20% et le Nasdaq a flambé de 30,5%.

Le patron de la Fed souligne les "défis" et les "incertitudes"

La question du redémarrage de la première économie mondiale était au coeur de deux autres auditions mardi au Congrès américain, celles du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et du président de la Réserve fédérale Jerome Powell. M. Mnuchin s'est montré plus optimiste que M. Powell sur la reprise économique, ce dernier soulignant les "incertitudes" et les "défis" posés par la situation sanitaire.

Le patron de la Fed a souligné que la réouverture de l'économie était intervenue plus rapidement que la banque centrale l'avait anticipé, entraînant un rebond plus rapide que prévu de l'activité. Mais il a mis en garde contre la complaisance en la matière : "ce rebond de l'activité est le bienvenu mais il présente de nouveaux défis, à commencer par la nécessité d'empêcher la transmission du virus", a-t-il estimé. Il a aussi répété que l'avenir de l'économie est "extraordinairement incertain" et qu'il dépendra de la capacité des Etats-Unis à juguler l'épidémie.

De nouvelles mesures de soutien budgétaire en préparation

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin s'est montré plus optimiste sur les perspectives économiques, en mettant l'accent sur le rebond attendu de la croissance au second semestre. "Nous sommes bien placés pour la reprise parce que l'administration Trump a travaillé avec le Congrès sur une base bipartisane pour adopter en un temps record une loi qui fournit de la liquidité aux travailleurs et aux marchés", a-t-il estimé, en référence au plan de 2.200 milliards de dollars adopté fin mars.

M. Mnuchin a précisé que des négociations se tiendraient en juillet en vue d'adopter de nouvelles mesures de soutien budgétaire. M. Powell a appelé le gouvernement à cibler ces mesures pour venir en aide aux secteurs les plus touchés, comme les transports et la distribution non alimentaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.