Coronavirus : Bruno Le Maire appelle à "reprendre le travail"

Coronavirus : Bruno Le Maire appelle à "reprendre le travail"©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 29 avril 2020 à 10h24

Le ministre de l'Economie a prévenu qu'il y aura "des faillites" et "des pertes d'emploi", rappelant que 246.100 chômeurs supplémentaires ont été comptabilisés en mars.

Alors que Muriel Pénicaud vient d'annoncer que plus d'un salarié sur deux est désormais concerné par le chômage partiel, le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a appelé un "maximum de Français à reprendre le travail" et à "préparer collectivement la reprise économique" après le déconfinement, prévu le 11 mai.

"Il faut reprendre le travail et il faut qu'un maximum de Français reprennent le travail", a-t-il insisté sur 'LCI' ce mercredi, soulignant que "l'activité est indispensable pour la nation française".

Le locataire de Bercy a également tenu à préciser ne jamais "avoir caché la gravité de la crise aux Français", en faisant "dès les premiers jours la comparaison avec la grande récession de 1929".

"Des faillites" et "des pertes d'emploi"

"Il faut être lucide, il y aura des faillites, quoi que nous fassions, nous le savons et c'est bien pour ça que je ne cesse de renforcer les dispositifs pour aider les entrepreneurs, il y aura des pertes d'emploi", a-t-il poursuivi, tout en rappelant que 246.100 chômeurs supplémentaires ont été comptabilisés en mars.

"Cela n'est pas une surprise", a toutefois affirmé le ministre, qui se dit "volontariste". Bruno Le Maire, qui assure que "nous allons nous relever" et "faire le maximum pour cela", a d'ailleurs invité tous les entrepreneurs à "travailler" sur les guides de bonnes pratiques et à "discuter avec les salariés" pour "réussir ce 11 mai".

"Certainement pas" de plan de relance avant septembre ou octobre

Par ailleurs, le ministre a indiqué que le gouvernement n'annoncera "certainement pas" de plan de relance de l'économie française avant la rentrée prochaine. La "mise sur pied d'un plan de relance" de l'économie touchée par la crise du Covid-19 aura lieu "certainement pas avant la rentrée, avant septembre ou octobre", a-t-il détaillé.

Pour protéger les entreprises françaises en difficulté, la France va abaisser "de 25% à 10%" jusqu'à la fin de l'année le seuil à partir duquel elle contrôle les prises de participation d'investisseurs non-européens au capital d'entreprises françaises stratégiques, a également annoncé Bruno Le Maire. Les entreprises de biotechnologie, par exemple celles qui travaillent à la recherche d'un vaccin contre le Covid-19, vont notamment être incluses dans ce décret.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.