Coronavirus : chute des offres d'emploi en France

Coronavirus : chute des offres d'emploi en France
intérim recherche emploi entretien

Boursier.com, publié le jeudi 16 avril 2020 à 15h12

Les offres ont chuté de 70% en mars par rapport à la même période l'an dernier. La ministre du Travail reconnaît qu'il sera compliqué d'atteindre l'objectif de 7% de chômage.

Les offres d'emplois en France se sont effondrées au mois de mars en France, selon les données dévoilées par la ministre du Travail jeudi. "Les offres d'emplois chutent fortement, on a perdu sept offres d'emploi sur dix", a déclaré Muriel Pénicaud sur LCI. "Il y a 70% d'offres d'emplois en moins en mars 2020 par rapport à mars 2019", a-t-elle ajouté, alors que l'épidémie de coronavirus paralyse une grande partie de l'économie et a mis de nombreuses entreprises à l'arrêt.

"Mais il y a quand même des secteurs qui recherchent activement", a-t-elle ajouté, citant entres autres l'agriculture, le transport ou encore le médico-social.

7% de chômage, objectif impossible ?

Compte tenu de l'épidémie, l'exécutif a reconnu ces dernières semaines que l'objectif d'atteindre 7% de chômage d'ici la fin du quinquennat en 2022 serait plus difficile, si ce n'est compromis.

"Nous étions sur une excellente tendance puisqu'il y a deux mois on annonçait que le chômage était à 8,1%, le plus faible taux depuis 11 ans ; on est loin de cette situation", a rappelé Muriel Pénicaud. "Tout ce qui peut permettre de reprendre dans les semaines qui viennent une activité, en protégeant les salariés, contribue à éviter le spectre d'un chômage qui augmenterait", a-t-elle ajouté. "Tout dépendra de l'ampleur et de la rapidité de la reprise d'activité, aujourd'hui c'est vraiment trop tôt pour le dire".

Forte hausse des inscriptions à Pôle emploi

Sur les trois premières semaines du confinement (il a démarré le 17 mars), le nombre cumulé d'inscriptions à Pôle emploi pour la France entière a atteint 314.296, soit une hausse de 15% (+42.149) par rapport à la même période de l'année dernière, indique mercredi le ministère du Travail.

Le recours au chômage est massif : les demandes concernent 8,7 millions de salariés au 14 avril (soit une hausse de 2,0 millions en une semaine), pour un total de 3,7 milliards d'heures chômées demandées. La facture s'annonce salée, puisqu'elle représente 24 Milliards d'euros, comme l'a répété la ministre du Travail Muriel Pénicaud mercredi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.