Coronavirus : contrôles renforcés en France, certaines zones fermées

Coronavirus : contrôles renforcés en France, certaines zones fermées
Promenade des Anglais à Nice

Boursier.com, publié le vendredi 20 mars 2020 à 19h13

Les forces de l'ordre multiplient les patrouilles en France, en attendant un possible durcissement du confinement. La ville de Nice a instauré un couvre-feu à partir de 20h.

Emmanuel Macron a estimé jeudi qu'il faudrait "vraisemblablement" prolonger la période de confinement obligatoire pour lutter contre la propagation du coronavirus... Le chef de l'Etat a aussi fait planer la perspective de règles plus strictes pour les Français. "Est-ce qu'il faudra les durcir, est-ce qu'il faudra le prolonger (le confinement, NDLR) ? Vraisemblablement. Est-ce qu'il faudra y revenir à d'autres moments ? Sans doute parce qu'on ne sait pas combien de vagues on aura et comment le virus va se comporter, comment on va l'absorber", a-t-il expliqué.

En attendant d'éventuelles annonces, des contrôles renforcés vont être instaurés vendredi et ce weekend dans toutes les gares parisiennes, a annoncé la préfecture de police de Paris. Dans un communiqué, elle rappelle que les départs en vacances et en week-end ne font pas partie des cas couverts par l'attestation de déplacement dérogatoire.

"Pas pour des raisons personnelles"

"Il faut que nos concitoyens comprennent bien que ces déplacements par train ou par transports en commun ont une vocation uniquement à valeur économique mais absolument pas pour des raisons personnelles ou de vacances ou pour aller en week-end", a déclaré Jean-Paul Pecquet, inspecteur général de la police nationale, lors d'un point de presse devant la Gare de Lyon retransmis par les chaînes d'information en continu.

"On est dans des mesures qui font qu'il faut absolument rester chez soi", a-t-il ajouté, indiquant cependant que des déplacements familiaux impérieux, comme se rendre auprès d'un parent malade ou vulnérable, seraient possibles à condition de présenter une attestation sur l'honneur.

La préfecture de police de Paris a aussi interdit vendredi à partir de 15 heures et pour toute la durée de weekend tout déplacement et rassemblement sur les voies sur berge de la Seine, les pelouses de l'esplanade des Invalides et le Champ-de-Mars, en raison de l'épidémie de coronavirus.

Des récalcitrants en garde à vue

Selon les informations du 'Parisien', la Seine-Saint-Denis a mis les bouchées doubles pour raisonner les récalcitrants. Au moins cinq personnes ayant refusé de respecter le confinement ont été placées en garde à vue ces dernières heures pour "mise en danger de la vie d'autrui". Une infraction passible d'un an de prison et 15.000 euros d'amende. "Pour le parquet de Bobigny et la préfecture de Seine-Saint-Denis, cette arme juridique est bien plus intimidante que l'amende de 135 euros en cas de sorties illégitimes durant le confinement (375 en cas de majoration)", explique le journal.

Nice durcit déjà les règles

De son côté, le maire de Nice Christian Estrosi a annoncé vendredi la fermeture de la Promenade des Anglais, avant de décider le sous couvre-feu à compter de 20 heures pour accroître encore la politique de confinement mise en oeuvre contre l'épidémie de coronavirus. "Je viens de prendre l'arrêté", annonce-t-il au 'JDD'.

"A partir de 20h00, une fois les commerces et pharmacies fermés, plus personne n'a de raison de sortir. Donc on ne sort plus, sauf les personnels spécifiquement autorisés par cet arrêté : personnel médical, ou social pour ceux qui font des visites à domicile de personnes fragiles pour le portage de repas par exemple", dit-il dans cette interview.

La tâche de la Police est déjà lourde et difficile mais je pense qu'il faut renforcer les sanctions à l'égard de ceux qui continuent à agir avec beaucoup d'insouciance avec des amendes plus fortes. Et il faut que nos policiers soient eux-mêmes mieux protégés. #COVID2019france pic.twitter.com/s7lsNpNae6
- Christian Estrosi (@cestrosi)

Lui-même contaminé par le nouveau coronavirus, Christian Estrosi indique qu'il va "beaucoup mieux" mais souligne qu'"il ne faut surtout pas prendre cette maladie à la légère".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.