Coronavirus : Emirates tente le tout pour le tout pour rassurer les voyageurs

Coronavirus : Emirates tente le tout pour le tout pour rassurer les voyageurs
Emirates Airlines

Boursier.com, publié le jeudi 23 juillet 2020 à 15h58

La compagnie s'engage à payer les frais médicaux si un voyageur est testé positif au Covid-19 à l'étranger, dans la limite de 150.000 euros.

Emirates a mis au point une stratégie bien particulière pour tenter de retrouver la confiance des voyageurs, en pleine pandémie de coronavirus. La compagnie aérienne basée à Dubaï a proposé jeudi de couvrir les frais médicaux de ses passagers, dans le cas où ils seraient testés positifs au Covid-19 loin de chez eux.

Le transporteur s'est spécialisé sur les vols longue distance - ceux qui ont été les plus durement touchés par la crise et les mesures de confinement. Il s'engage à payer des dépenses allant jusqu'à 150.000 euros (174.000 $) et les frais de quarantaine à hauteur de 100 euros par jour pendant 14 jours - pour payer un hôtel par exemple.

L'offre, valable jusqu'au 31 octobre, est "gratuite pour ses clients, qu'importe la classe de voyage ou la destination".

Les compagnies ont tout essayé

Les transporteurs ont tout essayé : proposer des masques obligatoires, des tests sanguins avant les vols, ou laisser un siège sur deux inoccupé pour renforcer la confiance. Mais ils sont confrontés à la frilosité des voyageurs, renforcée par les mesures de nombreux gouvernements qui restreignent les déplacements. La demande reste faible, face à une hausse des cas de contamination un peu partout dans le monde, et notamment aux Etats-Unis, un marché clef pour le secteur.

Mais Emirates tente donc une nouvelle carte. "Nous savons que les gens aspirent à voyager, alors que les frontières rouvrent progressivement dans le monde", déclare dans un communiqué le président d'Emirates, Sheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum.

Situation catastrophique

Selon les chiffres de l'Association internationale du transport aérien (IATA), la perte de revenus pour le secteur aérien devrait s'élever en 2020 à 419 milliards de dollars, soit un plongeon de 50%. La demande devrait chuter sur l'année de 54%, avec 7,5 millions de vols annulés. Environ 25 millions d'emplois sont menacés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.