Coronavirus : l'EMA n'exclut pas des problèmes d'approvisionnement en médicaments

Coronavirus : l'EMA n'exclut pas des problèmes d'approvisionnement en médicaments
pharmacie médicaments
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 11 mars 2020 à 06h01

Selon l'Agence européenne du médicament (EMA), des problèmes d'approvisionnement en médicaments "ne peuvent pas être exclus", même si aucun problème n'a été signalé à ce stade...

Pour l'heure, aucune pénurie de médicaments commercialisés dans l'Union européenne n'a été rapportée... Mais des problèmes d'approvisionnement en médicaments "ne peuvent pas être exclus" à mesure que l'épidémie de coronavirus s'étend, a mis en garde l'Agence européenne du médicament (EMA), qui dit surveiller de près l'impact potentiel de l'épidémie de coronavirus sur les chaînes d'approvisionnement.

"Des problèmes peuvent survenir si des mesures de confinement se poursuivent et/ou d'autres perturbations dans l'approvisionnement surviennent, notamment via des problèmes logistiques ou des restrictions d'exportations", a détaillé l'agence...

Face à ce risque, l'EMA a indiqué avoir débuté un travail d'examen "un travail d'examen des médicaments à usage humain ou vétérinaire afin d'identifier" ceux qui pourraient être le plus exposés à des risques de rupture, alors que la grande majorité des principes actifs nécessaires à leur fabrication (80% selon l'Académie nationale de pharmacie) viennent d'Asie.

Création d'un comité exécutif européen

Aidée de la Commission européenne et des agences nationales compétentes, l'agence a également indiqué avoir organisé la première réunion d'un comité exécutif européen, qui a été créé pour l'occasion, "sur les pénuries de médicaments causée par des événements majeurs".

Ce comité va notamment "s'assurer que les patients et les professionnels de santé à travers l'Europe soient informés de façon constante et transparente des risques et des actions prises pour y remédier", précise l'EMA, qui rappelle que les laboratoires pharmaceutiques doivent également s'assurer de "la continuité de l'approvisionnement de leurs médicaments".

"Analyse de risque" déjà lancée en France

En France, la direction générale de la santé (DGS) avait déjà demandé mi-février à l'Agence du médicament ANSM le lancement d'une "analyse de risque" afin "d'identifier toutes les ruptures possibles d'approvisionnement en médicaments lorsqu'il y a un lien avec la Chine".

Contactée fin février par 'LCI', la DGS avait alors assuré que l'ANSM, "en lien avec le ministère de la Santé", n'a pas été "destinataire de déclaration de tension". L'Agence du médicament avait par ailleurs demandé aux organisations représentatives des industrie de santé d'identifier, pour les médicaments commercialisés dans l'Hexagone, ceux dont la fabrication est réalisée en Chine...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.