Coronavirus : l'inquiétude monte parmi les salariés d'Amazon France

Coronavirus : l'inquiétude monte parmi les salariés d'Amazon France
Amazon enseigne-préféré des Francais

Boursier.com, publié le mercredi 18 mars 2020 à 16h51

Face aux conditions de sécurité jugées insuffisantes et mal appliquées, certains d'entre eux ont appelé à la grève, tandis que d'autres veulent faire valoir leur droit de retrait.

Alors que le ministre de l'Economie a appelé les employés des entreprises assurant des services indispensables (eau, électricité, nettoyage) à continuer à se rendre au travail, certains salariés ont montré des signes d'inquiétude. C'est le cas notamment de ceux d'Amazon France, alors que plusieurs d'entre eux ont posé des jours de congés ou exercé leur droit de retrait, faisant valoir le "danger grave et imminent" auquel ils sont exposés, en raison de la pandémie de coronavirus.

D'autres ont même appelé à la grève. "On ne blague pas avec le Covid-19 : Amazon doit prendre ses responsabilités et demander à ses salariés de se confiner afin de limiter la propagation du virus !", peut-on lire sur un tract invitant à un rassemblement ce mercredi sur le parking de l'entrepôt d'Amazon à Saran, près d'Orléans. Une initiative soutenue par les syndicats CGT, SUD, UNSA, CFE-CGC et CAT.

Des salariés d'autres sites d'Amazon en France, comme à Toulouse, sont mobilisés depuis le début de la semaine, car ils jugent également que les conditions de sécurité mises en place par le numéro un mondial de la vente à distance sont insuffisantes et mal appliquées.

Suspicion de Covid-19

La direction du groupe ferait en effet preuve d'une "attitude dangereuse", selon Julien Vincent, délégué central CFDT chez Amazon Logistics cité par 'France Bleu'. L'entreprise de Jeff Bezos se contenterait "toujours du minimum" pour protéger ses salariés, alors que seuls du gel hydroalcoolique et des lingettes nettoyantes sont mis à leur disposition.

Pour faire face à l'afflux de demandes de livraison lié justement au confinement de toute une partie de la population, Amazon continue de recruter des intérimaires. L'entreprise "joue avec notre santé en continuant" d'en intégrer "dans un contexte où la promiscuité est à proscrire", a dénoncé l'intersyndicale de Saran.

L'inquiétude monte d'autant plus qu'un cas de Covid-19 est suspecté chez une salariée qui a travaillé sur le site de Lauwin-Planque, comme l'a révélé '20 Minutes'.

Activité soutenue par le confinement

De son côté, la direction d'Amazon se veut rassurante concernant les mesures de protection des employés. Le groupe a notamment indiqué au 'Monde' que les pauses auraient même été échelonnées pour réduire le nombre de gens en contact. Il s'est également justifié sur l'utilité de son activité en temps de confinement : "Les clients n'ont, pour beaucoup, pas d'autre moyen d'obtenir des produits essentiels".

Les achats en ligne seraient d'ailleurs en forte progression, avec des produits qui sont parfois en rupture de stock. Mardi dernier, l'entreprise de Jeff Bezos a annoncé l'embauche de 100.000 employés à temps plein ou partiel, pour faire face à l'afflux de demandes de livraison émanant de clients confinés dans le monde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.