Coronavirus : la CGT des services publics dépose un préavis de grève

Coronavirus : la CGT des services publics dépose un préavis de grève©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 27 mars 2020 à 09h09

"Nous prenons acte du préavis, même si nous avons dit à cette fédération notre surprise et notre sentiment que c'était un préavis inopportun", a affirmé le secrétaire d'Etat à la Fonction publique Olivier Dussopt.

C'est une annonce qui en a surpris plus d'un... En pleine pandémie de coronavirus en France, la fédération CGT des services publics a déposé en début de semaine un préavis de grève pour la période allant du 1er au 30 avril. Un préavis qui concerne ses 85.000 adhérents, parmi lesquels se trouvent les fonctionnaires territoriaux, les employés de l'eau et de l'assainissement, ceux des déchets, du logement social, des pompes funèbres, ou encore les sapeurs-pompiers.

Dans un communiqué diffusé mardi, l'organisation syndicale dénonce "les choix du gouvernement qui font que ce sont les masques de protection, gel hydroalcoolique et tests médicaux qui manquent alors que jamais les armes de guerre militaire ou anti-manifestants (LBD, gaz...) ne sont en rupture de stock".

Dans une lettre envoyée à la ministre du Travail Muriel Pénicaud, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin et le secrétaire d'Etat à la Fonction publique Olivier Dussopt, la fédération a également fustigé les "mesures antisociales" prises par le gouvernement dans le cadre de la loi d'urgence sanitaire, "au détriment de la solidarité et de la vie des salariés".

Des "dérogations antidémocratiques"

Pour rappel, le gouvernement a pris mercredi en Conseil des ministres une ordonnance imposant des dérogations au droit du travail, et permettant à des entreprises de certains secteurs de faire travailler leurs employés jusqu'à 60 heures par semaine. Une autre dérogation prévoit une baisse du temps de repos compensateur entre deux journées de travail, passant de 11 heures de repos obligatoires à seulement 9 heures.

Du côté de la fédération CGT des services publics, c'est l'incompréhension totale envers la politique gouvernementale. "Par les dérogations antidémocratiques qu'elle impose, par les attaques au statut et au droit du travail qu'elle soutient, par l'effort qu'elle fait peser toujours sur les mêmes, la loi d'urgence sanitaire nous inquiète pour aujourd'hui et pour la suite", a-t-elle affirmé.

L'organisation syndicale réclame, par ailleurs, "l'arrêt de tous les services non essentiels à la continuité de la Nation et la mise en autorisation spéciale d'absence des agents avec maintien intégral de traitement et des primes". Elle précise également qu'il ne s'agit pas d'"un appel à la grève dans toutes les collectivités".

"Inopportun" pour le gouvernement

Olivier Dussopt n'a pas caché son étonnement suite à l'annonce. "Toutes les fédérations syndicales ont suspendu les préavis de grève en cours, ou ont renoncé à déposer un nouveau préavis pour le mois d'avril prochain ", a-t-il fait remarquer au 'Parisien', alors que la France n'a pas encore atteint le pic de la pandémie de coronavirus.

Sur 'BFM Business', le secrétaire d'Etat a également exprimé ses "regrets", soulignant dans le même temps que ces préavis ne se traduiraient "pas forcément par des mouvements effectifs de grève". "Nous prenons acte du préavis, même si nous avons dit à cette fédération notre surprise et notre sentiment que c'était un préavis inopportun", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.