Coronavirus : la France se prépare à une épidémie, le tourisme commence à souffrir

Coronavirus : la France se prépare à une épidémie, le tourisme commence à souffrir©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 24 février 2020 à 10h01

"D'autres cas, c'est très probable. Une épidémie ? Nous nous y préparons", indique le ministre de la Santé. De son côté, Bercy observe une chute du nombre des touristes.

La propagation de l'épidémie de coronavirus s'est accélérée ces dernières heures, notamment en Italie, où un quatrième décès a été rapporté par la presse ce lundi matin. Les cas de contamination sont également montés en flèche au cours du weekend en Corée du Sud, en Iran et en Italie.

La Corée du Sud a recensé 161 nouveaux cas de contamination au coronavirus, portant à 763 le nombre total de cas dans le pays, ont déclaré lundi les autorités sanitaires locales, au lendemain de l'état d'alerte sanitaire maximal déclaré par le gouvernement à Séoul. Dans la péninsule italienne, les autorités ont donc déclaré une quatrième victime du virus et le nombre de cas confirmés est monté à plus de 150 personnes, une ampleur sans équivalent en Europe.

Huit décès en Iran

De son côté, l'Iran, qui a annoncé mercredi ses deux premiers cas, en recense désormais 43 et compte huit décès. Le Bahrein et le Koweït sont aussi touchés à leur tour, ont annoncé lundi les agences de presse officielles des deux pays du Golfe.

De nouveaux cas de contamination au coronavirus sont "très probables" en France, déclare dimanche le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, qui ajoute que les autorités sanitaires se préparent à une épidémie et se dit "particulièrement attentif" à la situation en Italie.

La France se prépare à une épidémie

"Aujourd'hui, il ne reste plus qu'un seul malade en France, hospitalisé à Lyon. Son état de santé n'est pas préoccupant. Tous les autres, mis à part un homme de 80 ans qui est décédé, sont sortis guéris et ne sont pas contagieux", précise-t-il dans une interview au quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France-Dimanche.

Mais à la lumière des récents développements, notamment en Italie où le Covid-19 a fait au moins deux morts et contaminé près de 80 personnes, le ministre ajoute: "D'autres cas, c'est très probable. Une épidémie ? Nous nous y préparons." "Si l'épidémie atteint l'Europe, je veux que nous soyons pleinement opérationnels. Je suis particulièrement attentif à la situation en Iran, en Corée du Sud où le nombre de cas augmente et, plus près de nous, en Italie où un malade est décédé sans avoir été en Chine ni en contact connu avec un autre malade", ajoute-t-il.

Le tourisme commence à s'inquiéter

L'impact commence à se faire sentir sur le tourisme, avec "30 à 40%" de touristes en moins en raison de l'épidémie de pneumonie virale", a estimé le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, dans une interview accordée dimanche à la chaîne américaine CNBC. "Cela a évidemment un impact important pour l'économie française", a-t-il ajouté, alors que la France accueille chaque année quelque 2,7 million de touristes chinois.

Les entreprises françaises installées en Asie aussi

La majorité des entreprises françaises installées en Asie (mais hors de Chine) ne tablent pas sur un retour à la normale de leur activité avant le mois de mai, du fait de l'épidémie de coronavirus, selon un sondage publié lundi par les Conseillers du commerce extérieur (CCE) de la France.

Sur les 415 entreprises françaises installées dans la zone Asie-Pacifique ayant répondu au questionnaire envoyé par les CCE de la région, seules 15% pensent qu'une reprise normale de leur activité est possible avant le mois d'avril.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.