Coronavirus : la prime de 1.000 euros réévaluée ?

Coronavirus : la prime de 1.000 euros réévaluée ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 30 mars 2020 à 14h48

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit "tout à fait ouvert" à l'idée d'augmenter le plafond de la prime de 1.000 euros, accordée aux Français qui travaillent pendant la période de confinement.

Les primes revues à la hausse ? Alors que le gouvernement encourage, en cette période de confinement, les entreprises à verser des primes allant jusqu'à 1.000 euros non-imposables, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a laissé entendre, ce lundi sur 'BFMTV', qu'il était prêt à aller plus loin pour récompenser les salariés qui continuent d'aller travailler, malgré la pandémie de coronavirus.

"On a déjà prévu que cette prime, qui normalement est conditionnée à l'accord d'intéressement, ne soit plus conditionné à rien du tout. Vous pouvez la verser. Il n'y a pas de charges sociales dessus, pas de charge fiscale jusqu'à 1.000 euros", a rappelé le ministre.

Il a ajouté être "tout à fait ouvert" à aller au-delà des 1.000 euros et prévoir de mener "cette réflexion avec le Premier ministre, le président de la République et le ministre de l'Action et des Comptes publics". "Je suis favorable à ce qu'on récompense, par notre respect et notre considération, mais aussi sous forme salariale et monétaire, tous ceux qui nous permettent de vivre normalement", a-t-il précisé.

Plusieurs distributeurs vont verser cette prime

"Je ne sais pas si ce sera un doublement ou une simple augmentation. Je dis juste reconnaissons ce que nous devons à tous ceux qui travaillent", a expliqué Bruno Le Maire, avant de remercier les personnels soignants, les travailleurs de la grande distribution, du transport, de l'agriculture, de la banque et de la logistique. "Cette France mérite notre respect et de la récompense", a-t-il affirmé.

Plusieurs distributeurs, dont Carrefour, Intermarché, Auchan ou encore Système U ont d'ores et déjà, annoncé qu'ils allaient verser cette prime de 1.000 euros à leurs salariés, mis à rude épreuve en raison de la pandémie de coronavirus.

Assouplissement du fonds de solidarité

Par ailleurs, les petites entreprises pénalisées par la pandémie ne sont pas oubliées. Le ministre a également assuré que le fonds de solidarité sera maintenu "tant que durera l'état d'urgence sanitaire, tant qu'il y a confinement". Pour rappel, ce fonds, mis en place par le gouvernement, a été doté de 2 milliards d'euros, pour mars et avril.

En mars, il permettra de verser 1.500 euros aux entrepreneurs qui ont connu une baisse violente de chiffre d'affaires. Les TPE et PME pourront à nouveau y avoir recours en avril, avec un assouplissement des règles d'indemnisation. "Actuellement, il prévoit le versement de 1.500 euros par mois à tout entrepreneur qui déplore une baisse de plus de 70% de son chiffre d'affaires entre le mois de mars 2019 et mars 2020. Ce taux va passer à 50% en avril pour couvrir un nombre encore plus important de personnes", a annoncé Bruno Le Maire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.