Coronavirus : la production d'un vaccin pourrait débuter à la fin de l'été aux Etats-Unis

Coronavirus : la production d'un vaccin pourrait débuter à la fin de l'été aux Etats-Unis©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 14 juillet 2020 à 15h22

L'administration Trump a contribué à financer jusqu'à présent le développement de quatre vaccins potentiels contre le COVID-19 dans le cadre du programme "Operation Warp Speed".

Les laboratoires pharmaceutiques associés à l'administration fédérale américaine dans le cadre du programme de lutte contre le coronavirus devraient être en mesure de débuter activement la fabrication d'un vaccin d'ici la fin de l'été. L'annonce a été faite dans la nuit de lundi à mardi aux Etats-Unis, par un haut représentant de l'administration américaine.

S'exprimant sous couvert d'anonymat, il a ajouté que Washington travaillait déjà avec des entreprises pour équiper des usines de fabrication et acquérir des matières premières.

Johnson & Johnson, Moderna, AstraZeneca et Novavax

L'administration Trump a contribué à financer jusqu'à présent le développement de quatre vaccins potentiels contre le COVID-19 dans le cadre du programme "Operation Warp Speed" ("opération vitesse de la lumière"), qui a pour but de produire 300 millions de doses d'un vaccin d'ici la fin 2021.

Le gouvernement fédéral a accordé des bourses d'au moins plusieurs centaines de millions de dollars aux groupes pharmaceutiques Johnson & Johnson, Moderna, AstraZeneca et Novavax.

Un contrat a aussi été signé ce mois-ci avec Regeneron Pharmaceuticals pour aider celui-ci à fournir des traitements aux patients malades après avoir contracté le virus.

Etape suivante, la production

Les essais cliniques pour les traitements peuvent déboucher sur des résultats en l'espace de quelques semaines, rendant possible la production de centaines de milliers de médicaments d'ici l'automne, a dit le haut représentant de l'administration américaine. Il a aussi indiqué que des crédits supplémentaires pourraient être annoncés par l'administration fédérale à l'avenir.

La situation est inquiétante aux Etats-Unis, avec une accélération du nombre de cas : Californie, Floride, Arizona et Texas ont émergé comme les nouveaux épicentres de l'épidémie aux Etats-Unis. D'après un décompte de Reuters, les infections ont fortement augmenté dans quelque 40 Etats américains au cours des deux semaines écoulées. Plus de 3 millions de personnes ont été contaminées par le virus aux Etats-Unis, et plus de 130.000 décès ont été recensés.

Trump s'énerve à nouveau

Donald Trump s'est en pris lundi aux principaux experts sanitaires du gouvernement fédéral, leur reprochant leurs directives dans la lutte contre l'épidémie. Le président américain a relayé sur Twitter le message d'un ancien présentateur de télévision dénonçant les "mensonges" des experts et des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Anthony Fauci, principal expert américain en maladies infectieuses, a décrit lundi la flambée des cas d'infection comme le symbole de l'incapacité du pays à se confiner totalement et sa reprise prématurée des activités.

Lors d'un événement à l'université de Stanford, il a appelé au respect des directives sanitaires, dénonçant l'oubli des précautions de base - le port du masque notamment.

Tensions avec l'immunologiste star de Washington

Les tensions entre Trump et Fauci se sont accentuées à mesure que les récents sondages ont montré le déclin de la popularité du président américain, qui ambitionne d'être réélu en novembre prochain. Fauci a déclaré la semaine dernière dans un entretien au 'Financial Times' qu'il n'avait pas effectué de compte-rendu auprès de Trump depuis deux mois.

Au cours du week-end, la Maison blanche a fait circuler une liste de commentaires effectués par Fauci au début de la crise sanitaire qui se sont avérés faux, alors que la compréhension du virus s'est affinée. Elle a dit répondre seulement à des dizaines de questions envoyées par le Washington Post.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.