Coronavirus : la restauration demande le retrait des nouvelles restrictions

Coronavirus : la restauration demande le retrait des nouvelles restrictions©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 24 septembre 2020 à 15h30

Le secteur menace de saisir les tribunaux, face au nouveau tour de vis imposé par le gouvernement.

Le secteur français de l'hôtellerie-restauration hausse le ton... Il a exigé jeudi le retrait immédiat des nouvelles mesures de restriction visant les bars et restaurants annoncées par le ministre de la Santé Olivier Véran, sous peine de saisir les tribunaux.

Olivier Véran a annoncé mercredi soir la fermeture pure et simple des bars et restaurants dès samedi dans la métropole d'Aix-Marseille et en Guadeloupe, et la fermeture des bars à partir de 22 heures dans une dizaine de grandes villes dont Paris à partir de lundi, afin de lutter contre une reprise de l'épidémie de coronavirus.

Intérêts du secteur

"La profession demande le retrait immédiat de ces décisions. Les organisations professionnelles défendront l'intérêt du secteur devant les tribunaux si besoin", déclarent quatre groupements interprofessionnels dans un communiqué commun. Il s'agit du GNC (Groupement national des chaînes hôtelières), de l'UMIH (Union des métiers des industries de l'hôtellerie), du GNI (Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration), et du SNRTC (Syndicat national de la restauration thématique et commerciale).

"Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance a indiqué en réunion téléphonique que de nouvelles mesures de soutien seront annoncées dans la journée. Si elles ne sont pas à la hauteur des attentes exprimées, nous cesserons tous travaux avec le gouvernement jusqu'à nouvel ordre", ajoutent-ils.

Désobéissance à Nice

Dans certaines régions, les restaurateurs ont décidé de se rebeller contre ce nouveau tour de vis. A Nice par exemple : "Non, on ne fermera pas samedi à 22h !", ont prévenu des restaurateurs, des hôteliers, mais aussi par des cafetiers, des grossistes et des entreprises de événementiel et des intermittents. Ils "se sont joints à l'appel à la révolte lancé la veille par Frédéric Ghintran, le vice-président de la fédération des hôteliers restaurateurs de Nice", écrit le journal 'Nice Matin' sur son site internet.

Du côté des grands noms de la gastronomie, le chef Philippe Etchebest a fait le tour des médias jeudi pour montrer son incompréhension. "Ca me met vraiment en colère parce que les fermetures anticipées de restaurants ne vont pas freiner la propagation du virus. Les fêtes, elles s'organisent de plus belle, de manière anarchique, dans des lieux qui font des clusters incroyables. Il faut arrêter de stigmatiser notre profession, nous sommes les garants du maintien des mesures : les gens arrivent avec des masques, ils mettent du gel, il y a la distance sociale (...) Il y a une vraie sécurité. Alors pourquoi on nous stigmatise ?", a-t-il dénoncé sur BFM TV.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.