Coronavirus : la SNCF et la RATP pourraient adapter le trafic

Coronavirus : la SNCF et la RATP pourraient adapter le trafic©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 10 mars 2020 à 11h05

Le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a prévenu que la crise du coronavirus pourrait entraîner des mesures d'adaptation dans la desserte de la SNCF et de la RATP.

Après la grève contre la réforme des retraites, l'épidémie de coronavirus risque à son tour d'entraîner des perturbations dans les transports en commun... Invité de 'RTL' ce mardi matin, le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a prévenu d'une possible mise en place de mesures d'adaptation dans la desserte de la SNCF et de la RATP.

"On peut s'attendre avec le pic épidémique à avoir plus de personnes absentes dans ces deux grandes entreprises publiques, d'avoir peut-être 15% ou 20% de gens absents", a indiqué le secrétaire d'Etat.

"Donc, comme on l'avait fait pendant la grève nous gérerons l'absentéisme, peut-être en réduisant la fréquence sur certaines lignes, peut-être en priorisant certaines autres lignes", a-t-il poursuivi.

Des mesures d'adaptation "au jour le jour"

Jean-Baptiste Djebbari a également précisé que la compagnie ferroviaire et la régie travaillaient déjà sur ces mesures d'adaptation et qu'elle se feront "au jour le jour, en fonction des gens disponibles".

Dimanche dernier, sur 'LCI', le secrétaire d'Etat avait également indiqué que les directions préparaient des plans de continuité de l'activité pour faire face à l'épidémie. En cas d'absentéisme massif à cause du coronavirus, la régie francilienne pourrait en effet être amenée à réduire son offre de transport en mettant en place un "plan de priorité".

Par ailleurs, la SNCF a annoncé lundi des mesures exceptionnelles, en raison de l'épidémie de Covid-19, en proposant des reports et annulations sans frais pour les voyageurs.

Pas d'arrêt des transports publics

Concernant les conséquences d'un passage au "stade 3" de l'épidémie, le secrétaire d'Etat a exclu l'hypothèse d'un arrêt pur et simple des transports publics. "Il y a un caractère essentiel au maintien des transports, les Français vivent de leur métier. D'ailleurs, en Italie ils ne font pas différemment. C'est la vie sociale qui est réduite mais la vie économique, les déplacements professionnels, sont bien permis", a-t-il expliqué.

Alors qu'en Italie, "il y a une propagation très rapide du virus", la France évalue la situation "au jour le jour et aujourd'hui, nous sommes encore en stade 2 renforcé parce qu'il y a toujours ces foyers de circulation locale du virus et pas encore, du point de vue des experts, de circulation épidémique, c'est-à-dire sur l'ensemble du territoire français, du virus", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.