Coronavirus : le cap des 10 millions de salariés au chômage partiel a été franchi

Coronavirus : le cap des 10 millions de salariés au chômage partiel a été franchi©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 22 avril 2020 à 09h46

Selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud, six entreprises sur dix ont désormais recours à ce dispositif.

C'est un chiffre "considérable", selon la ministre du Travail qui a fait un nouveau bilan du chômage partiel. Au micro de 'BFM Business' ce mercredi, Muriel Pénicaud a annoncé que plus de 10 millions de salariés du secteur privé sont au chômage partiel, soit plus d'un sur deux. Six entreprises sur dix y ont eu recours en raison du ralentissement de l'activité.

"Ce matin, en France, il y a 10,2 millions de salariés dont le salaire est payé par l'Etat, par le ministère du Travail", a-t-elle indiqué, précisant que le recours à l'activité partielle concernait désormais 820.000 entreprises.

A noter que ce chiffre pourrait encore grimper, notamment au début du mois de mai. Au 1er mai, les personnes qui sont actuellement en arrêt maladie pour garde d'enfants et vulnérables seront placées, elles aussi, au chômage partiel.

Élargissement du nombre de catégories professionnelles

Les secteurs du commerce, de l'hébergement et de la restauration, ainsi que le domaine de la réparation automobile et de la construction, restent les plus concernés par ce dispositif, qui permet au salarié d'être indemnisé à hauteur de 70% du salaire brut et 84% du salaire net. Les danseuses du Moulin Rouge à Paris sont également au chômage partiel, illustrant selon Muriel Pénicaud "la diversité de l'économie française".

En effet, un décret du ministère du Travail, publié vendredi dernier au Journal officiel, a précisé les modalités d'indemnisation pour certaines nouvelles catégories d'employés éligibles au chômage partiel. Parmi elles, on retrouve les mannequins, les intermittents du spectacle, les journalistes pigistes, ou encore les personnels navigants...

98% des demandes de paiement déjà été versées

Selon les derniers calculs de Bercy, le dispositif devrait coûter au total au moins 24 milliards d'euros, soit presque trois fois plus que ce qui avait été prévu dans le plan d'urgence mis en place en début de confinement. D'après la ministre, 98% des demandes de paiement ont déjà été versées et "on les verse entre 7 et 10 jours", a-t-elle précisé, alors que des entreprises se plaignent de retards de paiement de la part de l'Etat.

Par ailleurs, Muriel Pénicaud a de nouveau appelé les chefs d'entreprise à reprendre leur activité s'ils le pouvaient, estimant qu'"il n'y a pas de raison que l'activité en France reste en dessous de celle des autres pays". La ministre du Travail a rappelé que des guides destinés à faire respecter les gestes barrières en entreprise en fonction des secteurs d'activité sont préparés. Ils sont "édités par le ministère du Travail avec l'approbation du ministère de la Santé. Si on les respecte, on ne peut pas être inquiété", a-t-elle expliqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.