Coronavirus: le gouvernement italien à la rescousse du secteur du tourisme

Chargement en cours
La terrasse déserte d'un restaurant Piazza del Duomo, le 27 février 2020 à Milan, en Italie
La terrasse déserte d'un restaurant Piazza del Duomo, le 27 février 2020 à Milan, en Italie
1/2
© AFP, Miguel MEDINA

AFP, publié le vendredi 28 février 2020 à 22h56

Le gouvernement italien a adopté vendredi soir une série de mesures financières pour soulager le secteur du tourisme, durement affecté par la crise du nouveau coronavirus.

Le gouvernement accordera "une aide au secteur du tourisme à travers une suspension du paiement des cotisations sociales et des prélèvements fiscaux pour toutes les entreprises du secteur", a détaillé le ministre de l'Economie Roberto Gualtieri lors d'une conférence de presse à l'issue du Conseil des ministres.

"Tout le secteur hôtelier italien bénéficiera" de ces mesures, car "ce secteur a subi et subit encore des annulations, c'est pourquoi nous devions apporter une réponse immédiate", a-t-il expliqué.

Depuis la semaine passée et l'explosion du nombre des contaminations dans le nord de la péninsule, les annulations se multiplient dans les hôtels italiens. A Milan par exemple, plusieurs salons professionnels internationaux ont été reportés et les représentants locaux du secteur hôtelier estiment à "un million et demi (le nombre de) chambres annulées, ce qui représente 200 millions d'euros de chiffre d'affaires partis en fumée".

Alors que le tourisme pèse 13% du PIB italien, les annulations concernent aussi des régions indemnes ou quasi indemnes de contaminations. C'est le cas à Rome, où plus de 50% des réservations enregistrées jusque fin mars ont été annulées.

Vendredi soir, le gouvernement a également décidé de faciliter "l'accès au fonds de garantie pour les petites entreprises de manière à garantir davantage de liquidité aux entreprises en difficulté", a précisé le ministre, ajoutant que des "financements seront mobilisés pour soutenir les exportations".

Ce premier paquet d'aides, "décidé en un temps record", constitue une "première réponse concrète" à la crise en cours et sera suivi d'autres mesures la semaine prochaine, a-t-il annoncé. 

Le décret prévoit également "la suspension de tous les impôts et factures dans les 11 communes (du nord du pays) frappées par le virus" qui se trouvent dans la "zone rouge" entourée par un cordon sanitaire pour éviter la propagation du coronavirus.

"Le pays peut aller de l'avant, l'économie peut et doit redémarrer et être soutenue", a conclu le ministre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.