Coronavirus : le gouvernement se prépare "à toute éventualité dans les transports"

Coronavirus : le gouvernement se prépare "à toute éventualité dans les transports"©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 02 mars 2020 à 14h40

Selon le secrétaire d'État chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari, si la France devait passer en phase 3, des restrictions sur les transports, en fonction de la géographie ou en priorisant certaines lignes, pourraient être envisagées.

Qu'en est-il des transports ? Alors que le gouvernement a annoncé que la France était au "stade 2" de l'épidémie de coronavirus, causant alors l'annulation des événements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné, le secrétaire d'État chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari, invité d''Europe 1' ce lundi, a assuré qu'il préparait "la phase épidémique" du virus, qui touche désormais 130 personnes dans l'Hexagone.

Même si aucune mesure de restriction n'a été prise pour l'heure dans les transports en commun, comme l'a indiqué samedi dernier le ministre de la Santé Olivier Véran, le gouvernement dit toutefois "se préparer à toute éventualité".

Ainsi, si la France devait passer en phase 3, il serait possible d'envisager des restrictions sur les transports, en fonction de la géographie ou en priorisant certaines lignes. "La phase 3 est une phase dite épidémique où le virus circule. Le traitement repose essentiellement sur les mesures de gestions sanitaires", explique Jean-Baptiste Djebbari.

La SNCF va commander 15 millions de masques

Le secrétaire d'Etat a par ailleurs rappelé que des mesures d'information sont déjà mises en place. "Il y a aussi des mesures d'équipement", poursuit-il, précisant que la SNCF dispose de stocks de masques et de gels hydroalcooliques. "Et puis ce qu'on appelle des plans de continuité, on prépare la phase épidémique si elle arrive. Cela permettrait dans une version un peu maximaliste de procéder à des restrictions".

De son côté, la SNCF, qui va commander au total 15 millions de masques de protection, a dit se tenir prête face aux décisions que le gouvernement pourrait prendre, comme la réduction des circulations de certains types de trains ou dans certaines zones géographiques et la définition des trains prioritaires en Île-de-France.

"Nous travaillons sur des organisations qui nous permettraient de faire circuler les trains caractérisés comme vitaux par le gouvernement", a expliqué le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou au 'Parisien'.

Les transports en commun inquiètent les Français

Du côté des voyageurs, l'inquiétude liée au coronavirus monte. Selon un sondage Ifop pour illicomed.com, réalisée par internet du 27 au 28 février 2020 auprès d'un échantillon de 1.004 Français âgés de 18 ans et plus, dévoilé ce lundi, 52% des Français ont affirmé ne pas être rassurés à l'idée de prendre les transports en commun.

Dans le détail, 54% des personnes interrogées se disent également inquiètes à l'idée de se rendre dans un stade, 49 % de se rendre dans un bar ou une boîte de nuit. Les inquiétudes reviennent toutefois à la baisse en ce qui concerne les endroits publics moins bondés, comme les restaurants (32%) ou encore le lieu de travail (26%).

D'une manière générale, l'épidémie de coronavirus inquiète 61% des Français pour eux et leur famille, soit une proportion en forte hausse par rapport à celle enregistrée lors de la précédente étude (44% fin janvier).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.