Coronavirus : le ministre de la Santé dénonce l'envolée des prix des gels hydroalcooliques

Coronavirus : le ministre de la Santé dénonce l'envolée des prix des gels hydroalcooliques©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 03 mars 2020 à 11h57

Olivier Véran a appelé les distributeurs à ne pas gonfler les prix des flacons de liquides hydroalcooliques. La Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) va enquêter sur ces fortes augmentations.

Halte aux distributeurs qui tenteraient de profiter de la situation... Invité de 'BFMTV/RMC' ce mardi, le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé qu'il n'était "pas acceptable" que les prix des flacons de gels hydroalcooliques grimpent dans un contexte de crise liée à l'épidémie de coronavirus en France, dont le dernier bilan fait état de 191 cas confirmés et trois décès sur le territoire.

"Je demande que le prix du gel ne soit pas multiplié par le contexte. Il l'est parfois et ce n'est pas acceptable", a dénoncé Olivier Véran, qui assure qu'"il n'y pas de pénurie de gel hydroalcoolique, il y a juste eu énormément de demande".

Le ministre, qui tente de rassurer alors que de nombreuses pharmacies en France ont annoncé être en rupture de gels hydroalcooliques et de masques, a également indiqué qu'"un énorme producteur français" serait en capacité "de faire face à la demande".

La DGCCRF va enquêter

Selon 'BFMTV', Olivier Véran fait référence aux laboratoires Gilbert (groupe Batteur) qui produisent plus d'un milliard de dosettes par an pour les pharmacies et les hôpitaux et disposant de deux unités de production dans le Calvados et le Finistère. Contacté par 'Ouest France', Cédric Batteur, le directeur du groupe Batteur, a de son côté indiqué que "les commandes ont triplé, provoquant une rupture de stocks". "Nous nous organisons pour adapter la production", a-t-il précisé.

De son côté, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé que la répression des fraudes (DGCCRF) allait enquêter sur cette envolée des prix de vente des gels hydroalcooliques, ainsi que des masques de protection, constatées depuis l'apparition de l'épidémie de coronavirus en France. Il s'est également dit prêt à réglementer pour bloquer les prix.

Pour faire face à ce problème, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a par ailleurs élaboré une solution désinfectante de substitution. La composition et le protocole d'élaboration de ce nouveau produit auraient été envoyés vendredi dernier aux pharmacies et laboratoires.

Jusqu'à 20 millions de masques déstockés pour les pharmacies

En plus d'un déblocage de 260 millions d'euros mis en réserve pour les hôpitaux, le ministre de la Santé a par ailleurs assuré qu'"entre 15 et 20 millions de masques" allaient être déstockés en direction des pharmacies, après un premier déstockage de 10 millions d'unités.

"La mortalité, réévaluée en ce moment, est aux alentours de 1 à 2%, plus importante que la grippe mais bien moins importante que le Sras", a précisé Olivier Véran. "Nous ne sommes pas en épidémie, nous faisons face à une menace épidémique qui se rapproche et nous anticipons la situation", a-t-il précisé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.