Coronavirus : le prix des fruits et légumes a flambé de 9% depuis le confinement

Coronavirus : le prix des fruits et légumes a flambé de 9% depuis le confinement
alimentation prix fruits légumes

Boursier.com, publié le mercredi 22 avril 2020 à 14h08

Selon l'UFC-Que Choisir, la hausse des prix varie selon les produits, de 6% pour les produits classiques jusqu'à 12% pour les articles bio.

Si les produits d'épicerie n'ont pas subi d'inflation avec le confinement, cela ne semble pas être le cas pour les produits frais. Selon une étude de l'UFC-Que Choisir, publiée ce mercredi dans 'Le Parisien', le prix des fruits et des légumes a grimpé de 9% depuis le début du confinement, soit entre la semaine du 2 au 9 mars et celle du 6 au 11 avril.

Cette hausse varie selon les produits : de 6% pour les produits classiques jusqu'à 12% pour celles et ceux qui consomment bio. Par exemple, le prix des citrons verts bio a progressé de 16%, celui des tomates en grappe bio s'est envolé de 25%. Les bananes et pamplemousse bio subissent de leurs côtés une flambée de 12%.

Cette flambée a un réel impact sur le budget des ménages, comme le rappelle Grégory Caret, de l'observatoire de la consommation à l'UFC-Que choisir, au quotidien, surtout "quand on sait que les fruits et légumes représentent environ un quart du panier des produits de première nécessité".

Hausse des coûts de production

Plusieurs facteurs expliquent cette envolée. Tout d'abord, l'association de consommateurs évoque comme raison première l'origine des fruits et légumes. Cette hausse des prix est en effet liée à la difficulté à importer des produits d'Espagne, d'Italie ou de Pologne du fait de la fermeture des frontières, dans ce contexte de crise du Covid-19. Les enseignes alimentaires ont ainsi été contraintes de se réorienter vers les produits français, plus chers.

L'association rappelle également que les coûts de production ont fortement augmenté. D'après le président d'Interfel, la filière des fruits et légumes, Laurent Grandin, "les frais de transport ont flambé de 30%" liés notamment à la mise en place de mesures de sécurité comme le nettoyage du matériel.

Hausse de 2 à 3% sur un an

L'UFC-Que Choisir souligne aussi que les tarifs ont aussi grimpé à cause de l'emballage. Afin de rassurer les consommateurs, les enseignes ont en effet eu tendance à proposer de multiples emballages pour protéger les produits frais.

Si ces hausses peuvent paraître conséquentes sur un mois, elles restent à relativiser sur une plus longue période. "Certains coûts ont progressé avec la crise du coronavirus, mais si on compare les tarifs avec ceux de l'an passé à la même période, nous trouvons plutôt une hausse de 2 à 3%", a expliqué le président d'Interfel au 'Parisien'.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.