Coronavirus : les entreprises françaises en Chine s'inquiètent

Coronavirus : les entreprises françaises en Chine s'inquiètent
masques

Boursier.com, publié le mercredi 19 février 2020 à 15h25

61% d'entre elles estiment que leur chiffre d'affaires pourrait chuter jusqu'à 50% au premier semestre

Le bilan de l'épidémie de coronavirus Covid-19 en Chine continentale a dépassé le seuil des 2.000 décès, ont rapporté mercredi les autorités sanitaires, tandis que le nombre de cas de contamination supplémentaires a reculé pour la deuxième journée consécutive.

Du côté des entreprises, la pression monte. Les grands noms du luxe, fortement exposés au pays, mais aussi les groupes automobiles, ou encore ces dernières heures le géant Apple ont expliqué que l'épidémie virale pesait sur leur activité. Les équipementiers sportifs Puma et Adidas ont exprimé leurs inquiétudes ce mercredi.

Chute des revenus ?

Depuis un mois, l'activité est quasiment à l'arrêt en Chine, et cette situation inquiète beaucoup les entreprises françaises installées dans le pays. Selon une enquête menée la semaine dernière par les Conseillers du commerce extérieur (CCE), la Chambre de commerce et d'industrie (CCI), l'ambassade de France, Business France et la French Tech, 61% d'entre elles estiment que leur chiffre d'affaires pourrait chuter jusqu'à 50% au premier semestre et 21% indiquent ne pas avoir de visibilité pour le moment.

"Les entreprises de services sont plus nombreuses que les entreprises industrielles à anticiper de plus fortes baisses, c'est à dire allant jusqu'à 80% voire 100%", peut-on lire dans le document.

Besoins de trésorerie

Parmi les 466 entreprises qui ont répondu à cette enquête (83% sont des TPE ou des PME), près des deux tiers sont des filiales de groupes ayant un siège hors de Chine. Parmi elles, 23% pensent que le coronavirus entraînera une baisse significative de leur activité.

Difficile de jauger les besoins de trésorerie : les trois quarts des entreprises répondantes ne sont pas capables de les évaluer pour le moment. La centaine de PME et de TPE qui le peuvent évoquent une enveloppe totale de 75 millions d'euros (200 millions pour les PME et 100 millions pour les TPE).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.