Coronavirus : les films vont-ils sortir directement en VOD ?

Coronavirus : les films vont-ils sortir directement en VOD ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 17 mars 2020 à 14h54

Alors que les cinémas sont fermés, le Centre National du Cinéma souhaite que les films puissent directement sortir sous forme de vidéo à la demande à l'acte, soit en VOD.

Depuis le 14 mars dernier à minuit, le gouvernement a ordonné la fermeture jusqu'à nouvel ordre "des lieux non indispensables" afin de freiner la propagation de la pandémie de coronavirus. Les salles de cinémas sont évidemment concernées par ces mesures. Mais pour que les films puissent sortir malgré tout, le Centre national du cinéma (CNC) aurait formulé une demande.

Selon les informations des 'Echos', l'établissement public souhaite en effet qu'un film soit proposé directement sur les services à l'achat à l'acte (Canal VOD, Apple TV, etc.), en bousculant l'accord sur la chronologie des médias. Il s'agit de la règle définissant l'ordre et les délais dans lesquels les diverses exploitations d'une oeuvre cinématographique peuvent intervenir.

A noter que les services de SVOD (comme Netflix, par exemple) ne seraient ainsi pas concernés, car ils se situent beaucoup plus loin dans la chronologie des médias française (36 mois après une sortie en salle au lieu de 4).

Deux cas de figure

Le CNC risque de se confronter à plusieurs obstacles. Deux cas de figure sont à envisager. Dans le cas où le film est déjà sorti dans des salles ces derniers jours, la loi interdit qu'il soit proposé au public en e-cinéma avant quatre mois après son premier mercredi d'exploitation. Le CNC devra ainsi trouver "un véhicule législatif pour lever cette interdiction", comme l'explique le quotidien économique.

Mais le plus gros enjeu concerne les oeuvres qui ne sont pas encore sorties. Les producteurs et distributeurs peuvent décider de les sortir directement en VOD, comme c'est le cas pour de nombreux films chaque année. Dans ce cas, le CNC va s'assurer qu'ils ne perdent pas, par la suite, les financements du CNC notamment le fonds de soutien, qui dépendent de l'attribution d'un visa d'exploitation accordé lors d'une sortie en salle.

6.000 salles ont fermé

Ces changements pourraient ainsi intervenir dans le cadre du plan d'action réclamé récemment au CNC par le ministre de la Culture Franck Riester, alors que quelque "6.000 salles en France ont fermé samedi 14 mars à minuit", a indiqué au 'Monde' Marc-Olivier Sebbag, délégué général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF).

Selon lui, l'enjeu est crucial pour la filère, car "un mois d'exploitation, comme celui de mars 2019, par exemple, représentait 18,34 millions de tickets vendus à 6,70 euros en moyenne, soit un chiffre d'affaires de près de 123 millions d'euros".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.