Coronavirus : les laboratoires en plein "burn out"

Coronavirus : les laboratoires en plein "burn out"
à Nice, test pcr pour dépister le coronavirus

Boursier.com, publié le vendredi 18 septembre 2020 à 09h38

Ils disent manquer de moyens pour faire face à l'afflux de patients désirant se faire dépister.

Des centaines de salariés de laboratoires de biologie médicale ont fait grève jeudi pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de travail... En cause, la multiplication des tests de dépistage du coronavirus.

Plusieurs laboratoires ont vu leurs activités ralenties au moins pendant une journée, en Ille-et-Vilaine, dans les Hauts-de-France, en région parisienne, en Occitanie, ou encore à Marseille, à Montpellier et Perpignan, a déclaré à Reuters Eric Sellini, secrétaire fédéral de la CGT...

Le ministre de la santé Olivier Véran a indiqué jeudi lors d'une conférence de presse qu'une "doctrine de priorisation" des tests a été instaurée et que des tests antigéniques à lecture plus rapide vont être mis en place. "Nous sommes confrontés à des difficultés organisationnelles sur les tests", a-t-il dit, évoquant 1,2 million de tests en une semaine.

Il a ajouté que des opérations de tests antigéniques, directement analysables et ne nécessitant pas une étude en laboratoire, allaient être mises en place en Île-de-France et que les autorités attendaient de "façon imminente" l'avis de la Haute autorité de santé sur les tests salivaires.

Parti pour durer ?

"Si les patrons ne comprennent pas qu'il y a une nécessité de négocier, ça risque de durer... Ça risque de continuer dans les semaines qui viennent", a-t-il ajouté, sans pour autant donner de chiffres précis sur le nombre de sites de prélèvement fermés.

Pour l'instant, la CFDT, majoritaire dans le secteur, n'a pas lancé d'appel national à la grève mais déçue des rencontres qui se sont tenues jeudi avec le patronat, elle pourrait se prononcer lundi en faveur d'un mouvement coordonné, prévient son secrétaire fédéral Stevan Jovanovic. Quelque 120 salariés avaient déjà fait grève à l'appel de la CFDT, FO et la CGT en Occitanie en début de semaine.

Les salariés disent manquer de moyens pour faire face à l'afflux de patients désirant se faire dépister... Les files d'attentes s'allongent devant les laboratoires. Les délais pour obtenir les résultats dépassent les sept jours en région parisienne. Ils réclament notamment des revalorisations des grilles salariales - considérées comme très basses par rapport à l'expertise requise - ainsi que des embauches, une reconnaissance de la pénibilité, et une prime Covid.

Le gouvernement admet des "embouteillages"

Hier, Olivier Véran a admis des "embouteillages" et a annoncé l'instauration d'une doctrine de priorisation des tests, "avec une liste de personnes prioritaires (prescription médicale, symptomatiques, cas contacts, soignants, aides à domicile)". "Nous sommes confrontés à des difficultés organisationnelles sur les tests", a constaté le ministre de la Santé

Olivier Véran a également annoncé, en l'Ile-de-France, la mise en place de 20 centres de prélèvementdestinés aux publics prioritaires à Paris, Trappes, Bondy et à Evry à compter de lundi prochain. Ces centres seront réservés de 8 heures à 14 heures aux publics prioritaires et pourront réaliser au moins 500 tests PCR chacun par jour...

Journée de mobilisation interprofessionnelle

Cette journée coïncidait avec une opération de mobilisation interprofessionnelle organisée par la CGT, Solidaires et la FSU ainsi que les syndicats étudiants, pour dénoncer la politique sociale du gouvernement, alors que le nombre de plans sociaux repart à la hausse en septembre

Vos réactions doivent respecter nos CGU.