Coronavirus : les personnes en grande précarité plus touchées

Coronavirus : les personnes en grande précarité plus touchées
Covid-19, coronavirus, masques

Boursier.com, publié le mardi 06 octobre 2020 à 11h55

Une enquête épidémiologique révèle une sur-contamination dans des lieux de regroupement de personnes en grande précarité en Île-de-France.

Plus d'une personne en grande précarité sur deux, pour l'essentiel des migrants, a été infectée au Covid-19 en Ile-de-France. Une enquête de séroprévalence menée par Médecins sans frontières (MSF), Epicentre et l'Institut Pasteur entre le 23 juin et le 2 juillet 2020 sur quatorze lieux d'intervention de l'ONG en région parisienne montre qu'une forte proportion de personnes y ont été infectées par le virus.

La "séroprévalence" (la proportion de personnes exposées au virus qui ont développé des anticorps) varie de 18 à 94% selon les sites. À titre de comparaison, une récente étude menée par Santé Publique France vient de montrer qu'une personne sur dix incluses dans leur enquête était séropositive en Île-de-France.

Davantage de promiscuité

L'étude a été menée auprès de 818 personnes réparties sur deux sites de distribution alimentaire, deux foyers de travailleurs et dix centres d'hébergement d'urgence, situés à Paris, dans le Val d'Oise et en Seine-Saint-Denis.

"Les résultats confirment que la circulation du virus a été plus particulièrement active dans les situations où la promiscuité était la plus forte, c'est-à-dire quand la personne doit partager chambre, douches et cuisine avec plusieurs autres personnes", souligne Thomas Roederer, épidémiologiste à Épicentre et responsable de cette étude.

Eviter les gymnases

"Il ne faut pas que les dispositifs d'urgence qui permettent de mettre à l'abri temporairement des personnes sans hébergement, notamment à l'approche de la période hivernale, contribuent à créer de nouveaux foyers de contamination", alerte Corinne Torre, cheffe de mission en France pour MSF, citée dans un communiqué.

Selon elle, "les lieux collectifs comme des gymnases sont donc à éviter au maximum au profit des placements en hôtels et des hébergements avec des espaces de vie individuels qui permettent l'application effective des mesures de prévention".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.