Coronavirus : perte de 3 milliards d'euros pour la SNCF en 2020

Coronavirus : perte de 3 milliards d'euros pour la SNCF en 2020
agents sncf masqués dans une gare

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 25 février 2021 à 01h03

Les activités de transport de voyageurs ont plongé l'an dernier, avec une baisse de fréquentation de 48% pour l'ensemble de la Grande Vitesse ferroviaire (TGV INOUi, OUIGO, Eurostar, Thalys...).

Les activités de transport de voyageurs ont plongé l'an dernier, avec une baisse de fréquentation de 48% pour l'ensemble de la Grande Vitesse ferroviaire (TGV INOUi, OUIGO, Eurostar, Thalys...).

Les résultats financiers de la SNCF pour 2020 ne sont pas bons, sans surprise, alors que les usagers du train ont été bloqués à partir du mois de mars 2020 par plusieurs confinements et autres mesures de restrictions, qui ont paralysé une grande partie des voyages...

Le chiffre d'affaires est en retrait de -14% par rapport à 2019 (année déjà très impactée par les grèves liées à la réforme des retraites) pour atteindre 30 milliards d'euros. Les ventes ont été touchées par les conséquences de la crise sanitaire à hauteur de -6,8 milliards d'euros.

La perte est donc lourde : le résultat net est négatif à hauteur de -3 milliards d'euros. La dette nette du groupe s'établit quant à elle à -38,1 milliards (après reprise de 25 milliards par l'État au 1er janvier 2020).

Chute des ventes de billets

Les activités de transport de voyageurs ont plongé l'an dernier, avec une baisse de fréquentation de 48% pour l'ensemble de la "Grande Vitesse ferroviaire" (TGV INOUi, OUIGO, Eurostar, Thalys etc.), dont -45% en France.

Le groupe a "limité la casse"

La SNCF explique avoir "limité la casse" en adaptant son offre et sa politique commerciale, ce qui a permis un rebond marqué des ventes de billets lors des vacances d'été et d'hiver... "À titre d'exemple, TGV a connu un rebond estival au sortir du 1er confinement avec un retour de 80% des passagers, après avoir atteint un 'plus bas' aux mois d'avril et mai avec une fréquentation de 10%", peut-on lire dans le communiqué. Les billets à petits prix proposés pour les TER ont également été bien reçus par les usagers.

La société a aussi pu compter sur la diversifié de ses activités. Geodis en particulier est en croissance sur l'année (+4,5%) et les activités conventionnées présentent une certaine résistance (Transilien +2%, TER -4% et Keolis -8%).

Plan de crise

Un plan de crise structurant et des mesures d'économies inédites mis en place dès avril ont aussi eu un impact favorable sur la trésorerie disponible de 2,5 milliards d'euros à fin 2020.

"Au terme de cette année exceptionnelle, l'entreprise conserve une assise financière solide et la confiance des investisseurs, notamment grâce au plan de relance du secteur ferroviaire (4,7 milliards d'euros) et aux mesures en faveur du train, en particulier du fret ferroviaire, décidés par l'Etat", indique la société.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.